Réforme des collèges : les classes européennes vont-elles disparaître ?

La réforme du collège, annoncée pour la rentrée 2016, n’en finit pas d’animer les discussions. Au cœur de la grogne aujourd’hui, la disparition annoncée des sections européennes, des classes où les élèves peuvent dès la 6ème apprendre plusieurs langues vi

classes européennes

La réforme du collège, annoncée pour la rentrée 2016, n’en finit pas d’animer les discussions. Au cœur de la grogne aujourd’hui, la disparition annoncée des sections européennes, des classes où les élèves peuvent dès la 6ème apprendre plusieurs langues vivantes et bénéficier de l’enseignement de certaines matières en anglais par exemple.

Créées en 1992, les classes européennes connaissaient jusqu’alors un succès grandissant. On compte ainsi 5 800 sections dans les collèges et lycées de France, soit 200 000 élèves chaque année qui bénéficient d’un enseignement différent. Pourtant si le gouvernement a dans l’idée de les faire disparaitre c’est pour, explique-t-il, éviter une certaine forme d’élitisme, ces classes ne profitant d'après lui qu’aux familles les plus aisées.

Un argument qui ne convainc pas, certaines voix s’élevant déjà pour expliquer que priver des familles de ce cursus les pousserait davantage vers le privé, ce qui ne ferait qu’augmenter les inégalités.

Autre argument des politiques, ces classes représenteraient des heures en plus pour les élèves, ce qui ne collerait pas au nouveau rythme scolaire décidé et qui comprend l’apprentissage d’une deuxième langue vivante dès la 5ème au lieu de la 4ème.

Pour les parents et les enseignants, abandonner les classes européennes reviendrait à abaisser encore le niveau des élèves français en langue, affaire à suivre.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page