Ma thèse en 180 secondes 2017 : zoom sur les 3 gagnants

Dans le titre du concours, tout est dit. Le but du jeu est de résumer son travail de thésard en 3 minutes chrono. À l’heure où la vulgarisation scientifique est à la mode, zoom sur les trois gagnants de l’édition 2017 de Ma thèse en 180 secondes.

Sabrina Fadloun, chercheuse et gagnante 2017 de MT180

Ce mercredi 14 juin 2017, 16 finalistes du concours Ma thèse en 180 secondes sont montés sur les planches pour tenter d’expliquer leur sujet de recherche. Résumer des sujets pas toujours très « sexys » à un public novice : voilà le but de MT180. La finale internationale aura lieu le 28 septembre 2017, à Bruxelles. La gagnante française, Sabrina Fadloun, y représentera l’hexagone, tout comme la deuxième du concours : Davina Desplan.

Premier prix du jury et prix du public : Sabrina Fadloun

D’où vient cette chercheuse ? Du laboratoire SIMaP (Science et ingénierie des matériaux et procédés CNRS / Grenoble INP / UGA) et du CEA-Léti (Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information). Elle représentait la Comue Université Grenoble-Alpes.

Qu’a t-elle expliqué ? L’Étude d’un procédé de dépôt de cuivre par MOCVD pour la réalisation de vias traversants à fort facteur de forme pour l’intégration 3D.

On vous invite à comprendre grâce à ses 3 minutes d’explication :

Deuxième prix : Davina Desplan

D’où vient cette chercheuse ? Elle est en deuxième année de thèse au SATI (Laboratoire Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie). Elle représentait l’Université Paris-Seine.

Qu’a t-elle expliqué ? Les caractérisations mécaniques et électriques de produits cosmétiques et de leur stabilité, lien avec des modifications chimiques ou des contaminations biologiques.

Elle va vous expliquer tout ça :

Troisième prix : Olivier Chabrol

D’où vient ce chercheur ? D’Aix-Marseille Université.

Qu’a t-il expliqué ? Les méthodes informatiques de détection de signatures moléculaires de convergence évolutive.

Avec humour, Olivier va vous permettre d’y voir plus clair :

Soizic Meur