5 bonnes raisons d’éviter la procédure complémentaire sur APB

« Dans le pire des cas, je peux encore intégrer une formation grâce à la procédure complémentaire » : c’est ce que certains d’entre vous se disent quand on leur parle d’APB. Mais est-ce une raison de négliger les phases précédentes pour autant ? Voici 5 bonnes raisons d’éviter la procédure complémentaire sur APB.

Evitez la procédure complémentaire...

Parmi les 710 000 candidats à l’enseignement supérieur, 5000 n’ont pas suivi la procédure APB. Tous les ans, ceux qui passent par la procédure complémentaire sont dans des cas différents. Certains ne se sont tout simplement pas inscrits ou n’ont pas validé leurs vœux, d’autres encore n’ont tout simplement obtenu aucune école. Pour ne pas faire partie de ceux-là, il est important de mettre toutes les chances de son côté pour réussir sa procédure APB et éviter la procédure complémentaire. Pourquoi ? Voici cinq raisons pour lesquelles cette phase ne doit pas vous rendre trop confiant :

Vous n’avez accès qu’aux places vacantes

Durant la procédure complémentaire, vous aurez largement moins de chances d’être pris dans une école que dans la procédure normale, pour la raison même que les places y seront désormais très rares. En effet, la plupart des candidats sur la plateforme APB auront d’ores et déjà été sélectionnés par les écoles, ce qui ne vous laissera plus que les places vacantes

Vous ne pouvez faire que quelques vœux

Contrairement à la procédure normale qui donne la possibilité d’effectuer 24 vœux, vous n’aurez plus que 12 vœux maximum à faire lors de la procédure complémentaire. Vous aurez donc trois fois moins de chance d’obtenir une formation !

Vous n’obtiendrez probablement pas une formation qui vous plaît

Au cours de la procédure complémentaire, vous ne pourrez pas tenter d’intégrer des formations et des établissements qui ont refusé votre candidature pendant la procédure normale. Par ailleurs, il vous faudra prier pour que les formations dont vous rêvez aient encore des places disponibles. La procédure complémentaire est justement à éviter, car il est peu probable que vous trouviez un établissement qui corresponde à vos attentes personnelles. Vous risquez même fortement de vous retrouver dans une formation que vous avez choisie par dépit, ce qui ne mène généralement à rien de bon.

Le temps sera votre pire ennemi

Si vous passez par la procédure complémentaire, vous devrez constamment être aux aguets. En effet, les candidatures s’y font en continu : vous devrez donc vous connecter régulièrement pour voir s’il reste des places vacantes pour chaque formation. Par ailleurs, vous serez forcés de veiller sur votre boîte mail afin de vous tenir au courant des réponses des écoles. Vous disposerez en effet de très peu de temps pour répondre aux établissements qui vous accepteront. Vous aurez une semaine de délai de réponse avant le 20 août, puis72 h jusqu’au 1er septembre. Après cette date, le délai tombe à 24 h… C’est donc une vraiecourse contre la montre !

Vos vacances d’été risquent d’en pâtir

Puisque la procédure complémentaire dure jusqu’en septembre, cela signifie que vous pourriez bien sacrifier vos vacances d’été pour elle ! Quoi de plus horrible que des vacances durant lesquelles vous vous inquiétez constamment de votre rentrée ? Alors si vous voulez passer des vacances sereines à vous prélasser sur la plage à tête reposée, tentez de réussir la première procédure d’admission !

La procédure complémentaire est une seconde chance, mais vous devez surtout faire en sorte de l’éviter en prenant votre première procédure APB au sérieux. Une telle situation ne vous apportera que du stress en plus : c’est pourquoi vous devez mettre toutes les chances de votre côté pour que la procédure complémentaire soit votre « parachute ultime » et non pas un prétexte pour délaisser votre orientation sur la plateforme !

Retour en haut de page