Le programme Erasmus mis à l'honneur lors des #ErasmusDays

Pour la deuxième année consécutive, les #ErasmusDays célèbrent et promeuvent le programme Erasmus+ au travers d'événements à travers l'Europe et au-delà. Pour l'édition 2018, ce sont plus de 1400 manifestations dans 37 pays au total qui auront lieu. Focus sur cette initiative d'envergure.

De la France à l’Afrique du Sud, en passant par l’Autriche, le Kosovo ou encore la Guadeloupe, durant trois jours, les cœurs de nombreux pays du monde entier vont vibrer au rythme des #ErasmusDays. La deuxième édition de cette mobilisation internationale, initiée par l’Agence Erasmus+ France/Éducation Formation, est lancée ce 10 octobre 2018 pour s’achever le 13.

Au programme ? Plus de 1400 événements en tous genres organisés dans des établissements scolaires, mais pas seulement : écoles primaires, collèges, lycées, établissements de l’enseignement supérieur, entreprises, associations… Le but de ces manifestations est principalement double :

  • D’une part, mettre en lumière les bienfaits du programme Erasmus : meilleure employabilité des jeunes, création d’un réseau à l’international, formation enrichissante, prise de responsabilités, etc.
  • D’autre part, donner envie aux jeunes de candidater et faire à leur tour partie de l’aventure Erasmus

Pour ce faire, les idées développées sont nombreuses aussi nombreuses que les événements sont variés : expositions, débats, conférences, concerts, festivals, flash mob… En parallèle, plusieurs consultations européennes et citoyennes sont organisées sur des thèmes relatifs à l’Europe et aux échanges qui y ont lieu.

Les Erasmus Days font écho à une « dynamique actuelle autour d’Erasmus » saluée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale. Le programme, dont ont bénéficié plus de 9 millions de citoyens depuis 1987, est aux yeux du ministre une façon de développer sa « capacité à être européen, et à se connaître plus les uns les autres » et joue ainsi un « rôle essentiel pour la jeunesse ».

Témoignage

Nous avons échangé quelques mots avec Abdoukhadre, un étudiant sénégalais venu étudier en France.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Abdoukhadre Tall, je suis un étudiant sénégalais en mobilité étudiante à l’ENSIIE, une école d’ingénieurs à Évry. Je suis en troisième année de formation, parcours « Jeux vidéo et Interactions Numériques ».

Comment as-tu connu le programme Erasmus ?

Je l’ai connu dans mon école d’origine, l’École supérieure polytechnique de Dakar, qui a un accord avec l’ENSIIE. J’ai donc postulé pour un échange.

Pourquoi as-tu voulu te lancer dans l’aventure Erasmus ?

Déjà pour l’aspect culturel, voyager et gagner en expérience. D’autre part, je suis un fan de jeux vidéo, or, au Sénégal, il n’existe pas de formation dans ce domaine. À l’ENSIIE, j’ai pu intégrer le parcours « JIN » qui comprend de l’interaction numérique, la réalité virtuelle, de la réalité augmentée… Autant de nouvelles choses que je ne pouvais apprendre dans mon pays d’origine.

Que penses-tu des Erasmus Days ?

C’est une initiative importante, dans le sens où cela permet de mieux faire connaître le programme Erasmus, d’informer les jeunes sur les opportunités qu’ils peuvent avoir en termes de mobilité.

Amandine Martinet