Frimake : l’application qui brise la solitude !

Lecture

C’est lorsque le ministre de la santé Olivier Véran a évoqué l’isolement social chez les jeunes en novembre dernier, que la problématique est devenue importante aux yeux de la société. Dès lors, des applications telles Frimake ont vu leur notoriété s'accélérer subitement. Découvrez l’appli qui dit stop à la solitude !

Diplômé d’un Master en Expertise Financière, obtenu à la Toulouse School of Management, Alae Elhayyate a lancé Frimake en décembre 2019. Avec un peu plus d’un an, l’application qui lutte contre l’isolement social cartonne et pour cause : elle répond à une problématique réelle, celle de l’enfermement

Les chiffres de la Fondation de France sont sans appel. Aujourd’hui, 13 % des 18-29 ans, contre 2 % en 2010, sont en isolement. En effet, on observe aujourd’hui une grande augmentation d’états dépressifs, de troubles anxieux et d’idées suicidaires chez les étudiants, liés à la perte des liens sociaux

Cette croissance fait prendre conscience au fondateur de Frimake qu’il est nécessaire de toucher davantage les étudiants, se rapprocher d’eux, en leur proposant quelque chose de ludique qui mettrait fin à leur sentiment d’abandon. 

« Je voulais avoir mon projet, mais il fallait que j’aie un impact social. »

En lançant Frimake, qui compte déjà plus de 40 000 membres âgés de 16 à 74 ans, le but d’Alae est de lutter contre la détresse à laquelle sont confrontés les jeunes chaque jour, en leur proposant un réseau social qui permette de rencontrer des amis virtuellement, mais surtout physiquement, selon leurs centres d’intérêt et sans arrière-pensées ni ambiguïtés

Sur l’appli, l’utilisateur peut chercher des personnes qui ont les mêmes passions, s’inscrire à des activités locales proposées par les « frimakers », contraction de « friends makers », autrement dit les fabricants d’amis, ou même proposer des activités et se découvrir des affinités avec les autres membres. 

Frimake : un espoir pour les étudiants 

Alors que le gouvernement lutte corps et âme pour trouver le vaccin qui viendra éradiquer le virus, Alae lui, se positionne comme le vaccin social face à cette épidémie de solitude.

Cette approche ludique permet de lutter efficacement, et ce de manière préventive, contre un fléau accentué par cette crise sanitaire, qui est donc la solitude.

L’appli qui prévient la dépression 

Chèques psy ou encore aide psychologique pour les étudiants au sein des universités, est-ce suffisant pour « soigner » les jeunes ? Le fondateur de Frimake affirme que non, puisqu’il « ne faut pas leur proposer un curatif le jour où ils ne vont pas bien. Il faut sauver les étudiants en préventif, avant qu’ils soient complètement en détresse et exposent des envies suicidaires. Il faut leur donner une raison de vivre, une raison de ne pas décrocher, et ça, ça passe par des interactions sociales, de l’amusement, des moments ludiques »

C’est d’ailleurs grâce à des applications comme celle-ci que certains jeunes ont pu être aidés, comme le témoigne Arturo à l’occasion d’un reportage pour France 2

Aujourd’hui, de plus en plus d’étudiants s’inscrivent sur la plateforme et c’est ce qui intéresse Alae, puisque les jeunes sont à présent sa principale cible. En effet, « les étudiants n’ont plus de soirées étudiantes, plus de jobs, plus de cours en présentiel, ce qui fait d’eux notre priorité », souligne Alae Elhayyate.

C’est d’ailleurs pour venir en aide aux jeunes étudiants que Frimake a établi un partenariat avec l’université de Toulouse 3, l’objectif étant de se retrouver dans le « pack de rentrée » des étudiants comme la solution évidente pour ceux qui ont besoin de renouer des liens sociaux.

Des rencontres et des opportunités 

Vous êtes timide ? Eh bien profitez de ce genre d'applis pour surpasser votre timidité ! Ainsi, vous ne passerez pas à côté d’expériences qui peuvent changer votre vie ! Alors oui, Frimake sert à s’amuser, rencontrer des amis, sortir et faire des activités, mais l’application peut également vous aider à faciliter votre insertion professionnelle et à agrandir votre réseau

En effet, certains étudiants inscrits sur la plateforme ont trouvé des stages ou encore des emplois grâce à leurs rencontres. N’oubliez pas que sur Frimake, il y a des utilisateurs âgés de 16 à 74 ans. On y retrouve donc aussi bien des étudiants, que des chefs d’entreprise ! Tout est donc une question d’opportunités ! À vous de les saisir. 

De même, vous pouvez connaître des jeunes d’autres cursus, d’autres universités, qui font des études différentes des vôtres. Cela vous permettra d’avoir, plus tard dans votre entourage, des avocats ou des médecins par exemple et ainsi d’agrandir votre réseau à d’autres environnements que le vôtre. 

Passer du virtuel au réel 

« Créer aujourd’hui les amitiés de demain. » C’est la devise de Frimake, qui tient à faire en sorte que ses membres se détachent du monde virtuel pour rencontrer de nouvelles personnes physiquement

Attention, il ne faut pas voir Frimake comme une application pour ceux qui n’ont pas d’amis. En réalité, elle existe pour que chacun puisse trouver quelqu’un qui partage les mêmes centres d’intérêt. 

« J’ai beaucoup de connaissances, pourtant je n’ai personne dans mon entourage qui aime jouer aux échecs par exemple », explique Alae Elhayyate. Il s’agit donc d’une façon de pouvoir enfin faire ce qu’il vous plaît, à l’aide d’une application intuitive où vous pouvez rejoindre des activités ou proposer les vôtres !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FRIMAKE ® (@myfrimake)

Se connecter pour se déconnecter 

Tennis, balades, soirées tapas, randonnées, footing, paddle, vélo, échecs, poker, ski ou encore agenda culturel de votre ville, les activités proposées par Frimake sont nombreuses ! Et même s’il s’agit d’une application smartphone, l’objectif est bel et bien de faire sortir les gens de chez soi, afin qu’ils se déconnectent des réseaux dans la vraie vie. Alae justifie d’ailleurs la hausse du taux d’isolement en France par l’ultranumérisation dans la vie de tous les jours. Toutefois, « l’interaction sociale ne s’arrête pas à des likes et des commentaires sur les réseaux sociaux », ajoute le jeune fondateur. 

« Pour partager les moments de votre vie, il y a Facebook, Insta ou Snap. Pour vivre ces moments, il y a Frimake. »

Frimake prend donc le contre-pied du côté virtuel, puisqu’elle pousse les membres à sortir de chez eux et donc à ne pas rester derrière leurs écrans. « Tu ouvres l’appli, tu sélectionnes une activité et tu y vas », précise Alae. Car « maintenir sa vie sociale, c’est vital », ajoute-t-il. 

Cette façon de procéder, qui s’est vue perturbée à plusieurs reprises par les différents confinements, n’a pourtant pas réellement changé. Avec la Visio by Frimake, l’application n’a cessé de permettre à ses membres de continuer à créer des liens, à travers des interactions limitées à 10 personnes. Ces visios proposaient également des activités ludiques comme un loup-garou ou encore un blind test. 

« Ce qui est magnifique, c’est qu’une fois arrivé le déconfinement, ces gens qui se sont rencontrés en visio se sont retrouvés dans la vraie vie, à aller boire un verre ou faire d’autres activités », conclut Alae. 

Une plateforme sécurisée 

#cestpastinderici. Alae Elhayyate met l’accent sur le fait que Frimake se détache complètement des autres plateformes dites de rencontres, puisque l’équipe ne laisse pas les personnes mal intentionnées s’installer. 

Un esprit convivial et bienveillant qui a tendance à rassurer les personnes souhaitant adhérer à la plateforme, notamment les jeunes femmes. Sur 40 000 membres, 59 % sont des femmes. Ce qui prouve qu’elles s’y sentent à l’aise et en sécurité

De plus, l’ancien étudiant de TSM affirme que toutes les nouvelles inscriptions sont contrôlées dans l’heure. « On a une intelligence artificielle qui effectue un contrôle de chaque profil entrant », révèle Alae. 

Par ailleurs, les rencontres proposées par Frimake sont en groupes, ce qui sécurise les membres et tranquillise les filles. 

Enfin, Alae Elhayyate voit grand pour son petit bébé. D’ici 5 ans, il vise les 5 millions d’utilisateurs et souhaite intervenir dans toutes les universités de France dans l’avenir. Sur les prochains mois, le jeune autoentrepreneur prétend faire de Frimake le premier réflexe de chaque individu qui souhaite s’amuser ou changer d’air. Alors «soyez prudent, faites attention, mais maintenez une vie sociale ! »

Adriana Da Cruz

Partager