Bac : Les 5 phases de l’oral de rattrapage !

Ce matin, vous avez découvert vos résultats avec appréhension ou excitation. Surpris ou non, vous voilà admissible aux épreuves du second groupe, plus connues sous le nom de rattrapages ! Mais comment se passe l’oral de rattrapage ?

Il faudra faire preuve de patience...

L’oral de rattrapage est l’épreuve redoutée de beaucoup d’élèves de terminale. Celle-ci est pourtant une chance qui vous est donnée afin que vous puissiez rattraper le maximum de points et sortir la tête de l’eau !

Alors que vous êtes sur les starting-blocks et commencez à réviser, Diplomeo a décrypté l’oral des rattrapages du bac pour vous permettre de ne pas vous en faire une montagne !

S’inscrire

Vous avez pris connaissance de votre situation : vous êtes aux rattrapages. Ne commencez pas à penser que vous n’avez pas le bac. Vous êtes admissible aux épreuves du second groupe ce qui vous donne l’opportunité de montrer aux examinateurs que ce bac, vous le voulez !

Présentez-vous dans l’établissement où vous avez pris connaissance de vos résultats afin de préciser quelles matières vous voulez passer à l’oral. Soyez stratégiques, choisissez une matière pour laquelle vous avez eu une note médiocre… et donc que vous ne pouvez qu’améliorer ! La convocation papier en poche, au boulot !

Attendre son tour

Être aux rattrapages signifie ne pas devoir être pressé par le temps. Mieux vaut ne pas prévoir de virée entre copains ou de départ en vacances prématuré ce jour-là : votre convocation vous indique votre jour de passage, mais ne fait pas figurer de date ni d’ordre de passage ! La patience est donc de rigueur…

Si vous êtes plutôt du genre hyperactif, on vous imagine mal assis sur une chaise silencieux devant la porte sur laquelle votre nom apparaît. Faites en sorte de calmer votre petit penchant angoissé (et angoissant) afin de ne pas déverser votre anxiété sur l’ensemble des prétendants au bac se trouvant près de vous !

Concentrez-vous sur votre cours et votre respiration et ne permettez pas aux étudiants déçus de ternir votre bonne motivation : vous allez y arriver !

Faire son entrée

Lorsque vous pénétrez dans la salle d’examen, dites-vous que vous n’êtes pas le seul à stresser et que vous avez toutes les cartes en main pour réussir. Partez du principe que les professeurs ne vous connaissent pas et n’ont aucun a priori sur votre personne… Bonne nouvelle ! Un sourire, un « bonjour » et une bonne posture, et hop, voilà qu’ils ont déjà une bonne impression de vous, avant même que vous ayez choisi votre sujet. N’oubliez pas que lorsque vous souriez, il est presque impossible d’avoir des pensées négatives. Et puis au final, les professeurs sont là pour vous aider à grappiller des points et non pour vous couler.

Préparer son oral

Le professeur vous demande de tirer au sort un sujet parmi ceux qu’il a sélectionnés.

Oups, ce n’est pas celui que vous vouliez : ne désespérez pas et essayez de tirer profit de votre temps de préparation. Chouette, vous êtes tombé sur votre sujet de prédilection : ne vous emballez pas pour ne pas faire de hors sujet, mais restez positif. Vous avez en général 20 minutes de préparation pour votre oral.

Rien ne sert de tout écrire sur votre brouillon de préparation, cela vous fera perdre du temps et rendra votre oral moins naturel. Construisez un plan détaillé avec des idées et des exemples. Pendant que vous préparez, un autre élève est généralement en train de soutenir son travail à l’oral, déstabilisant certes, mais essayez de faire abstraction de sa prestation !

Passer à l’oral

Tic tac tic tac, l’heure a sonné ! L’examinateur vous appelle et vous voilà désormais en face de lui et contraint de faire votre présentation. Il vous laissera parler pendant une dizaine de minutes et, à l’issue de votre exposé, un échange entre vous deux aura lieu. Celui-ci peut porter sur le sujet ou sur les points à éclaircir sur votre présentation ou votre plan !

Ne vous laissez pas perturber par l’attitude de l’examinateur : non, un regard de travers ne veut pas dire qu’il désapprouve tous vos dires ! À la fin de cette étape (qui n’a rien d’un moment de torture), l’examinateur peutdemander au candidat de combien de points a-t-il besoin pour valider bac, d’où l’importance de véhiculer une image positive !

Oui, le professeur peut estimer juste de vous accorder un maximum de points afin de vous donner un léger coup de pouce pour votre bac ! Pour finir, un au revoir et un merci de bonne humeur peuvent jouer en votre faveur !

Retour en haut de page