Des places supplémentaires en médecine

De nombreuses régions recherchent désespérément des médecins. Afin de lutter contre ces déserts médicaux, 131 places supplémentaires devraient être proposées aux étudiants.

étudiants médecine

Des régions désertées

Il y a quelques jours, la ministre Marisol Touraine annonçait dans la deuxième partie de son pacte territoire santé l’augmentation du numérus clausus dans certaines régions. Première concernée, le Centre-Val-de-Loire qui obtient 20 places supplémentaires, soit 9 % d’augmentation.

La ministre a poursuivi ses annonces en dotant de 18 places supplémentaires les universités de Grenoble et Clermont-Ferrand, 15 à Dijon, 13 à Rouen, 12 à La Réunion, 10 à Pointe-à-Pitre et Lille, 8 à Amiens et 7 à Caen. En tout, c’est donc 131 places qui ont été ajoutées, de quoi ravir les élèves en médecine.

Marisol Touraine a expliqué qu’il s’agissait de « garantir une présence médicale sur l’ensemble du territoire », et plus particulièrement dans des régions « confrontées à une situation particulièrement difficile avec une densité médicale nettement inférieure à la moyenne nationale et une proportion importante de médecins âgés de plus de 55 ans ».

Tous en stage !

Dans le pacte territoire santé de la ministre de la Santé, il est aussi question d’envoyer tous les élèves en stage de médecine générale au moins une fois lors de leur cursus. Les stages des futurs médecins devraient également être développés, plus précisément pour ceux qui se destinent à la gynécologie, la dermatologie, la pédiatrie et l’ophtalmologie.

Les jeunes diplômés auront également plus de facilité à s’installer s’ils optent pour des « territoires fragiles ». 1 700 bourses seront versées d’ici 2017 dans le cadre de contrats d’engagement de service public (CESP). Aujourd’hui, ils sont 1 300 à en bénéficier.

Trouvez la bonne école en fonction de votre profil

Retour en haut de page