84 % des jeunes diplômés voient leur avenir en France

Deloitte a sorti une enquête à propos de l’humeur des jeunes diplômés, et surtout à propos de leurs premiers pas dans la vie active. Ce sondage révèle de nombreux points positifs, mais également quelques points d’amélioration. Zoom sur 5 chiffres importants.

jeune femme qui travaille sur une table
Plus de la moitié des diplômés veulent travailler dans de petites entreprises.

Parmi la multitude d’informations que nous donne l’étude de Deloitte, nous avons choisi de retenir 5 chiffres importants et révélateurs de la façon de penser des jeunes diplômés de 2017.

L’étude a été menée sur des titulaires de diplômes allant du bac au bac+5, l’ayant obtenu il y a moins de trois ans. Certains sont en recherche d’emploi, d’autres sont en poste.

77 % des diplômés sont en poste

Parmi les sondés, 77 % déclarent être en poste, moins de trois ans après l’obtention de leur diplôme. Un chiffre en augmentation puisque de précédentes études montrent des taux plus faibles :

  • 70 % en poste en novembre 2015
  • 60 % en janvier 2015
  • 51 % en 2014

On note que quelques disparités opèrent entre les sexes ou les provenances. Par exemple, 84 % des diplômés parisiens sont en poste, contre 74 % des provinciaux. Autre constat assez prévisible : les diplômés de grandes écoles ont bien plus trouvé un emploi que les diplômés du bac, 88 % contre 66 %.

Un autre chiffre est intéressant à noter ici : 70 % des personnes en poste le sont en CDI. Une part relativement stable chaque année. Là encore on constate que les diplômés des grandes écoles bénéficient de plus de stabilité : 72 % sont en CDI, contre 58 % des bacheliers.

41 % des diplômés en poste ont trouvé leur emploi via leur réseau

La question du moyen par lequel ils ont trouvé leur emploi a été posée aux diplômés actuellement en poste. On note que le réseau est, à 41 %, le biais le plus utilisé pour rechercher et donc trouver un emploi. Et dans ce réseau, c’est les connaissances personnelles et le bouche-à-oreille qui s’avère être le plus efficace (23 %). 18 % ont quant à eux trouvé un emploi à la fin d’un stage ou d’une alternance.

En deuxième place des moyens les plus utilisés pour trouver un poste arrivent les annonces (25 %), et plus particulièrement sur un moteur de recherche (13 %).

84 % des diplômés voient leur avenir en France

C’est un chiffre en baisse cette fois. Celui des expatriations, ou du moins des expatriations envisagées par les diplômés sondés. 16 % d’entre eux envisagent de travailler à l’étranger, contre 22 % en novembre 2015. Parmi les 82 % qui envisagent donc une expérience professionnelle hors de nos frontières, 34 % comptent y rester pour toute leur carrière ! La majorité (41 %) pense y rester de 1 à 5 ans. On note que les personnes en poste actuellement envisagent plus de rester toute leur carrière (37 %) que les personnes en recherche d’emploi (22 %).

Les pays les plus plébiscités sont ceux d’Europe, choisis à 67 % par les sondés qui envisagent une expérience pro à l’étranger. L’Amérique du Nord attire, quant à elle, 52 % des diplômés.

Parmi les raisons qui poussent les sondés à rester en France, on trouve la qualité de vie (33 %) et la crainte d’aller voir ailleurs (24 %). Et parmi les raisons mises en avant par ceux qui envisagent un départ, on trouve l’envie de travailler dans un environnement culturel différent (43 %) et l’apprentissage d’une langue étrangère (41 %).

53 % veulent travailler dans une petite ou moyenne entreprise

Avec cette étude de Deloitte, un autre constat ressort. Celui des lieux de travail que les jeunes diplômés préfèrent. On constate que le modèle de la start-up attire peu : 10 % disent vouloir y travailler. Comme les entreprises du CAC 40 : 11 % seulement. La forme de société qui attire le moins est les GAFA (pour Google, Apple, Amazon et Facebook, les plus grandes entreprises du web).

Les entreprises les plus prisées sont celles de taille intermédiaire ou les PME. Elles sont suivies par les entreprises familiales, qui bénéficient généralement d’une bonne image.

Près d’un jeune sur deux envisage de créer son entreprise

Au total, 48 % des jeunes diplômés interrogés envisagent de créer leur entreprise. La différence se situe ensuite dans les délais. En effet, la majorité (18 %) a répondu « oui, mais plus tard ». Seuls 6 % envisagent de la créer dans les 12 prochains mois, et 9 % dans un à trois ans. En résumé, les jeunes diplômés veulent prendre leur temps avant de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Soizic Meur