Emploi : les étudiants privilégient les valeurs de l’entreprise

On l’attendait, le voilà, ce fameux classement recensant les employeurs préférés des étudiants d’école de commerce et d’ingénieurs. Pour ne pas déroger à la tradition, cette année encore, Universum publie les résultats de son enquête « carrière étudiante ».

Étudiants et exigeants

« Les étudiants privilégient un encadrement de proximité et une raison-d’être inspirante ». Voilà ce que révèle, entre autres, l’étude 2016 d’Universum sur les attentes des jeunes diplômés en terme d’emploi.

Celle-ci a été réalisée suite à la collecte d’informations auprès de 43 214 étudiants sur leur profil, leur expérience, leurs objectifs de carrière ainsi que leurs attentes au niveau professionnel. 

Et les premières places reviennent à…

Inutile de se montrer surpris par la première place occupée par LVMH sur le podium des chouchous des étudiants en écoles de commerce et management. Ceci étant, si Google, L’Oréal Group et Apple continuent à faire copain-copine parmi le top 10, Chanel y fait son entrée fracassante.

L’objectif majeur des entreprises stars est désormais de se positionner comme L’Entreprise la plus attractive pour la matière grise française novice sur le marché du travail, si l’on en croit Émilie Duquenne, Directrice Recrutement France chez L’Oréal Group.

Du côté des plus matheux, la tête de classement demeure quasiment inchangée, les ingénieurs restant fidèles aux entreprises qu’ils plébiscitaient les années précédentes.

Des étudiants qui affirment leurs exigences

Il serait faux de penser que les étudiants sortant des écoles des commerces accordent une importance significative au salaire à leurs débuts. Non, ces derniers ne sont pas forcément attirés par l’appât du gain : autour de 2 % des commerciaux et des ingénieurs attendent moins qu’en 2015. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’ils possèdent une vision plus réaliste du monde du travail bien qu’ils espèrent voir fléchir en hausse leur salaire au cours de leur carrière.

L’objectif principal des étudiants est de concilier vie professionnelle et vie privée. Aussi, les ingénieurs, toujours plus friands de missions managériales, mettent désormais l’accent sur le leadership afin de tendre à un croisement de compétences pour challenger les écoles de commerce.

Commerce, ingé, oui mais quels secteurs d’activités  

Alors que le conseil en management et stratégie séduit encore plus que l’an dernier les amoureux du business, le secteur des produits de grande consommation/agroalimentaire peine à se faire convoiter… Malgré le fait que le conglomérat Unilever puisse se réjouir de son ascension, force est de constater que le géant Mondelez International, entre autres, dégringole de 9 places sur l’escalier de l’attractivité.

Les ingénieurs, de leur côté, affirment franchement leur attrait pour l’aéronautique et la défense. Des entreprises telles qu’ENGIE et EDF tirent également leur épingle du jeu. La clé de leur succès?  Une communication solide et ciblée, notamment avec le changement de nom d’ENGIE, anciennement Gaz de France qui a conféré à l’entreprise une meilleure visibilité.

Valeurs VS secteurs

Universum révèle cette année un point important qui pourrait pousser les entreprises à communiquer davantage sur leur responsabilité sociétale. En effet, l’éthique, les distinctions particulières des entreprises, autant d’éléments qui pourraient faire pencher la balance des préférences des étudiants. Moins utopistes, bien qu’ambitieux, les cerveaux qui se fraient désormais un chemin sur le marché du travail, partent à la pêche des valeurs et non d’un secteur.

Retour en haut de page