Montpellier BS : Témoignages

Vous trouverez ci-dessous la liste des témoignages étudiant de l'école.

Mélissa, étudiante en 1ère année Master Grande Ecole

D’un BTS en Martinique à une grande école de management à Montpellier ! Mélissa a vécu ce changement il y a quelques jours à peine. Après avoir réussi le concours Passerelle 1 et les épreuves orales sur notre campus, elle a rejoint le programme Master Grande Ecole de MBS et a donc vécu sa 1ère rentrée. Elle raconte. 

En débarquant à l’aéroport de Montpellier, Mélissa avait tout à découvrir. Ou presque. Etudiante de seulement 19 ans, elle n’a pourtant pas perdu de temps pour s’acclimater à son nouvel environnement. « J’ai quitté la Martinique fin août pour avoir le temps de trouver un appartement, de bien m’installer, de découvrir la ville et de prendre mes marques », commence-t-elle. « Finalement, tout s’est très bien passé et j’ai vite trouvé un logement en centre-ville. Du coup, je suis à quelques minutes en tramway de MBS. Je ne pouvais pas espérer mieux »

Restait donc à vivre la fameuse rentrée en 1ère année du programme Master Grande Ecole de Montpellier Business School. « Nous avons vécu une journée mémorable avec la présentation du programme et de ce qui nous attend dans les mois et années à venir », explique Mélissa. « Mais en plus, nous avons participé à un team building sous forme de course d’orientation pour découvrir la ville, l’histoire et les personnages marquants de Montpellier. Toute la promo a bien joué le jeu donc cela nous a permis de rencontrer du monde, de créer des liens, de s’entraider et aussi de bien rigoler. Nous étions des groupes de 6 mais comme nous croisions d’autres groupes, une certaine cohésion a pu se mettre en place dès le 1er jour ».

Ravie de ce début d’année académique, Mélissa explique pourquoi elle a choisi Montpellier Business School pour poursuivre ses études. « J’ai un BTS NRC (Négociation et Relation Client) et il y a 3 points importants qui m’ont fait choisir le programme Master de MBS : l’année complète dans une Université Partenaire Etrangère en 2ème année, l’année de césure obligatoire et l’alternance en dernière année. Pour moi, ce sont des expériences nécessaires dans un parcours en grande école de management. Et c’est vrai aussi que durant les oraux à MBS, j’ai adoré le dynamisme de la « team admissible » et l’accueil en général ».

François Roche et Morgan Lebaillif, diplômés Master Grande Ecole 2016 - Fondateurs de Hello Garage

"Nous avons tous les deux intégrés le programme Master Grande Ecole de Montpellier Business School grâce au concours spécifique Formation Initiale Alternée (FIA 2) dédié aux étudiants ayant fait leurs études par la voie de l'alternance. Nous nous sommes donc rencontrés à MBS et nous avons fait tout notre cursus ensemble. C'est en Master 2, durant la majeure entrepreneuriat, que nous avons eu l'idée de nous associer pour monter Hello Garage. Nous avons enchaîné avec le parcours de spécialisation start-up, ce qui nous a permis de travailler sur ce projet durant plusieurs mois. Nous avons notamment réalisé notre business plan durant ce parcours à MBS et cela nous a permis de nous lancer dans l'aventure avec des bases solides. Aujourd'hui, notre start-up Hello Garage continue de se développer en région parisienne selon le principe du garage qui se déplace jusqu'au client et non plus l'inverse".

Antonin – deuxième année Bachelor – alternance

Antonin Barthas a voulu se diriger vers les études supérieures de commerce dès l’obtention de son bac scientifique. Dès lors, Montpellier Business School s’est présentée comme une évidence pour ce jeune homme ambitieux qui souhaitait rester proche de ses racines, dans le sud de la France. Aujourd’hui en deuxième année de programme Bachelor, il est devenu ambassadeur de l’école et a eu plus d’une fois l’occasion d’apporter son aide à l’orientation auprès de candidats en s’appuyant sur sa propre expérience. Aujourd’hui, c’est au travers d’un article qu’il revient sur son parcours !

« En plus de son programme Bachelor très complet et des nombreuses possibilités qu’elle offre de partir à l’international, j’ai choisi MBS pour sa flexibilité sur le déroulement du cursus académique en fonction des envies, des projets, et des opportunités de chacun » nous explique Antonin. « Chaque année, nous avons le choix entre plusieurs options de parcours, puis des changements peuvent aussi s’appliquer au cas par cas. C’est cette liberté qui m’a permis de mieux construire mon projet professionnel au fur et à mesure de mon évolution personnelle, alors je remercie l’école pour ça ! »

En effet, c’est durant son stage de première année dans le milieu de la banque qu’Antonin se rend compte que le secteur qui l’intéresse est en fait l’environnement. Un intérêt personnel qu’il développe depuis de longues années et vers lequel il se voit désormais évoluer professionnellement. « Mon stage à la Caisse d’Epargne était très intéressant car il m’a permis de comprendre comment fonctionne une entité et comment les différents services et métiers se coordonnent. En plus, j’avais un périmètre d’autonomie très large, j’ai donc appris très vite à me faire confiance ! Mais c’était aussi un déclic pour moi… ce domaine aussi intéressant soit-il, ne correspondait pas à ma personnalité. J’ai réalisé qu’à long terme, je m’imaginais plutôt dans la protection de l’environnement, qui en plus est un secteur d’avenir, ce qui est important à prendre en considération même si je suis serein sur mon employabilité avec le diplôme Bachelor ! »

L’année suivante, au lieu de rentrer directement en 2ème année de Bachelor, Antonin décide alors de partir au Canada, puis au Costa Rica pour en apprendre davantage sur la préservation de l’environnement dans ces pays, et d’en profiter pour perfectionner son anglais et son espagnol avec des cours quotidiens. « L’école m’a permis de faire une « pause » dans mon cursus pour ce voyage car il faisait sens avec mon projet professionnel. » explique-t-il. « C’était une aventure exceptionnelle, et la plus belle année de ma vie ! Au début, on est certes un peu « homesick » mais très vite, ce n’est que du bonheur et on ne veut plus repartir. Là-bas, j’ai découvert une autre culture de la protection de l’environnement par des actions au quotidien. Tout le monde fait par exemple très attention à ses déchets et les enfants sont éduqués depuis petits au respect de la planète et de ses ressources. »

De retour à Montpellier, Antonin poursuit alors le Bachelor en L2 avec l’intention de repartir très vite à l’étranger poursuivre son apprentissage culturel au cours des deux dernières années du programme. Ses examens tous justes terminés, il prévoit d’aller cette fois en Espagne pour effectuer son année de césure professionnalisante. « Je veux voyager pour apprendre un maximum en immersion. Je prévois aussi de réaliser ma L3 à l’étranger. In fine, mon but est d’importer en France ce qui est mis en place ailleurs dans le monde pour protéger notre planète et qui fonctionne. Et pourquoi pas, avec l’appui d’autres étudiants ou diplômés de MBS puisque nous sommes tous sensibilisés à la responsabilité globale ! Ensemble, nous pouvons faire changer les mentalités et les comportements car après tout, nous avons « ce talent d’être différent » ! 

Romain – dernière année Bachelor – Sportif de Haut Niveau & alternance

A 19 ans, Romain Buttarazzi vient d’intégrer le Bachelor de Montpellier Business School en dernière année après un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations. Son talent ? Le golf, un sport qu’il pratique à haut niveau en amateur depuis maintenant 5 ans et dans lequel il s’est démarqué cette année aux Championnats de France ! Ambitieux, il a même décidé de se lancer un défi supplémentaire cette année en choisissant l’alternance dans le domaine exigeant de l’assurance chez Allianz. Portrait d’un talent presque hyperactif qui veut tout mener de front !

Alors qu’il s’est essayé au basket pendant 7 ans et au tennis pendant 6 ans, c’est dans le golf que Romain s’épanouit pleinement depuis 15 ans. « Le golf fait partie de mon quotidien depuis des années et j’y consacre tout mon temps libre, c’est-à-dire au moins 15h par semaine ! Allier études supérieures et compétition est donc un choix qui n’est pas simple… Mais j’aime les défis ! » commence-t-il.

En août dernier, Romain a remporté la 1ère étape des Championnats de France, l’un des plus prestigieux tournois nationaux dans ce sport ! « J’étais sur un nuage. C’est l’accomplissement de mes efforts quotidiens et forcément, je suis très fier de ça. Certes je n’ai pas remporté la seconde étape, mais à mon âge, c’est une très belle victoire, de plus qu’elle a été immédiatement suivie d’un autre succès la semaine suivante. Voir tous les noms auxquels je succède sur la coupe des Championnats de France et se rendre compte que la très grande majorité passe aujourd’hui à la télé, c’est extrêmement gratifiant. Maintenant, je me concentre sur la suite. Grâce à ces résultats, je me suis positionné 17ème meilleur joueur de France. Mon objectif est de monter et me maintenir dans les 10 premiers français ainsi que me placer dans le top mondial. »

Mais le challenge ne s’arrête pas là pour le golfeur en herbe, qui a décidé d’ajouter l’alternance à son planning déjà très chargé. « Je donne aussi la priorité aux études et à la réalisation de mon projet professionnel. Je veux donc cumuler le plus d’expériences possible même si cela risque de demander un ajustement supplémentaire de mon planning ! J’ai choisi le milieu de l’assurance chez Allianz pour mon alternance car finalement, c’est aussi très proche du sport : il faut savoir se vendre, s’approprier une technique, analyser une situation, et ça je connais bien ! Je reste dans le Gard, proche de mes attaches et de mes lieux d’entrainements afin de tout mener à bien. Heureusement que Montpellier BS offre une flexibilité aux sportifs de haut niveau dans l’aménagement de leurs études et que le métier d’assureur en formation laisse une certaine autonomie dans les horaires. Je vais tout faire pour gérer cet équilibre mais, si les qualités de combativité, de persévérance, et d’adaptation constante aux imprévus propres au sport risquent de m’aider, elles ne remplaceront pas le temps passé à travailler. »

Inutile donc d’essayer de compléter le programme de Romain, il est rempli jusqu’à l’an prochain ! Il est maintenant à la recherche de sponsors afin de financer sa saison internationale, qu’on lui souhaite évidemment de réussir, tout comme ses études et son alternance !

Louka – première année Bachelor – Sportif de Haut Niveau

Cette année encore, Montpellier Business School a le plaisir d’accueillir des sportifs de haut niveau dans ses programmes. Parmi eux, Louka Pitot, kitesurfer freestyle de 18 ans originaire de l’île Maurice et champion de France, d’Europe et du monde dans sa discipline en catégorie junior, vient d’intégrer le programme Bachelor of International Business Administration de MBS. Depuis ses 11 ans, Louka jongle déjà entre scolarité et kitesurf, et ne renoncerai à l’un des deux pour rien au monde. Une vie loin d’être banale, tout comme sa discipline ! « Le kite est un sport encore peu connu et pratiqué. J’ai eu la chance de le découvrir à 11 ans avec des amis, à Maurice, et depuis, je n’ai jamais arrêté. C’était vraiment un loisir au début, et encore maintenant, même si j’ai atteint un haut niveau, je prends toujours le même plaisir et c’est ça qui me motive et qui me pousse à toujours continuer » nous explique-t-il. « J’aime la liberté qu’il me procure, et ce sentiment de voler sur l’eau. C’est aussi un sport qui rassemble, et avec beaucoup de la solidarité puisque nous sommes peu nombreux, il y a un esprit « familial ». Aujourd’hui, je suis vraiment fier d’en être un ambassadeur ! Et j’espère donner à d’autres l’envie d’essayer. »

Sportif professionnel et accompli, et premier mauricien à faire son entrée chez les athlètes de Red Bull, Louka a rejoint l’équipe de kitesurf de Montpellier dès le mois d’août et multiplie déjà les entraînements. L’Europe, la France et particulièrement Montpellier, c’est pour lui l’opportunité de se rapprocher des compétitions (environ 4 par an en Europe), mais aussi de pouvoir retrouver ses amis kitesurfers, déjà installés ici pour les mêmes raisons. Et Louka ne s’arrête pas là, car au-delà de sa passion, il aspire à obtenir un diplôme exportable à l’international grâce au programme Bachelor de MBS. Un nouveau challenge qu’il est fin prêt à relever !

« Beaucoup de mes amis kitesurfers sont déjà à Montpellier, et en effet c’est la ville parfaite pour moi : près de la mer mais aussi près d’une école de commerce reconnue qui propose un concours dédié aux Sportifs de Haut Niveau avec un cursus post-bac adaptable en fonction de mes entraînements et compétitions ! C’est l’occasion idéale de poursuivre ma carrière sportive, mais aussi de pouvoir m’investir dans des études supérieures d’excellence et qui m’assurent un diplôme de qualité. Et je suis si heureux de ne pas avoir à choisir entre le kite et mes études ! » commente Louka.

En effet, alors qu’il vient de faire sa rentrée à MBS la semaine dernière, Louka est déjà reparti afin de participer à une compétition en Hollande, très importante dans son projet de se qualifier pour la ligue. MBS lui souhaite donc bonne chance dans cette étape mais aussi dans toutes celles à venir, et ne doute pas qu’il saura briller dans son sport comme dans les études !

Et pour tous les sportifs de haut niveau qui s’interrogent sur la poursuite de leurs études, un concours spécifique vous est ouvert post-Bac et post Bac+2

Maxime – année de césure Bachelor – Sportif de Haut Niveau

Après un bac scientifique et une tentative en école d’ingénieur, Maxime a trouvé sa voie en rejoignant le programme Bachelor of International Business Administration de MBS, qu’il a intégré en 1ère année. Grâce au concours spécifique pour Sportifs de Haut Niveau et à la souplesse qui leur est accordée vis-à-vis de leur entraînements et compétitions, Maxime a pu gérer depuis déjà 2 ans des études de management tout en continuant le sport dans lequel il excelle : l’équitation. Rencontre.Quand est née ta passion pour l’équitation ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été sur un cheval ! J’ai dû apprendre à monter avant d’apprendre à marcher (rires). Puis il y a 10 ans j’ai voulu intensifier cette passion, et j’ai commencé les compétitions de sauts d’obstacles. En 2012 je suis passé pro et il y a 2 ans, j’ai intégré l’équipe de France en tant que jeune cavalier.

Comment as-tu pris la décision de poursuivre en école de management après ton bac ?

Au début je cherchais mon orientation et j’ai tenté une première année en école d’ingénieur. Mais ce n’était pas pour moi ! Finalement je suis allé vers ce qui m’attirait : le management, et le leadership surtout. Quand j’ai vu que MBS proposait un programme post-bac et qu’il était accessible avec le statut Sportif de Haut Niveau, je n’ai pas hésité, surtout qu’il est très bien placé dans les classements nationaux et internationaux. 

Comment parviens-tu à donner autant dans les études et dans le sport ?

Tous les sportifs de haut niveau dans le même cas vous diront qu’il faut beaucoup d’organisation. Mais il faut surtout être passionné par ce que l’on fait. Dans le domaine académique, il est facile de décrocher si l’on n’est pas intéressé par ce que l’on apprend. Mais le Bachelor de MBS est tout ce que j’imaginais : beaucoup de cas pratiques, de projets de groupe… Ce qui donne envie de faire son maximum pour réussir. En dehors des cours, je consacre bien sûr chaque moment de libre à mes écuries et à mes entraînements, donc tôt le matin, le soir et le week-end !Qu’est-ce que MBS t’a apporté jusqu’ici ?

MBS m’a bien sûr permis de pouvoir suivre des études de gestion sans devoir manquer d’entraînements ou de compétitions importantes, ce qui n’aurait pas été le cas ailleurs. L’école me permet d’adapter mon planning, d’aménager mon emploi du temps en fonction de mes impératifs de sportif. Lors de mes déplacements, je peux travailler à distance grâce à une plateforme en ligne et donc éviter de prendre du retard.

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement et comment imagines-tu la suite ?

Actuellement je suis en césure professionnalisante avant de faire ma dernière année de Bachelor. Je travaille en parallèle sur deux projets familiaux cette année : développer mes écuries, et créer un incubateur d’entreprises. Deux choses complètement différentes mais dans lesquelles je suis vraiment investi ! Bien sûr, le but serait d’arriver au bout de ces deux projets. Au niveau de l’équitation, mon objectif est de pouvoir me financer moi-même et pourquoi pas, de pouvoir participer aux JO 2024 ! Même si c’est un immense rêve.

MBS ne doute pas que Maxime se donnera les moyens d’aller au bout de ses ambitions ! Merci à lui pour cette interview.

Retour en haut de page