ITI : Témoignages

Vous trouverez ci-dessous la liste des témoignages étudiant de l'école.

Pierre Gontier, Directeur, ICE

« Il n’existe actuellement aucune filière qui forme les profils que nous recherchons. Et les salariés en poste ne cherchent pas particulièrement à quitter leur entreprise. L’alternance est donc LA bonne formule pour nous. En ayant recours à l’alternance, nous avons 2 objectifs :

  1. Proposer à des jeunes une immersion directe dans le monde professionnel de l’industrie.
  2.  Détecter les personnes qu’on intégrera à terme à nos effectifs.

Tout le monde y gagne. L’alternance est un excellent outil RH de recrutement, fiable et efficace ».

« Aujourd’hui le bilan que je fais est exclusivement positif : Matthieu a des compétences intrinsèques réelles, il est ouvert, parfaitement sociable. Une semaine après son arrivée, on aurait pu croire qu’il faisait partie de l’entreprise depuis sa création !

Plus généralement, la présence d’un jeune qui nous interroge sur nos pratiques, nous propose des améliorations…, nous fait un bien fou. Si l’idée n’est pas applicable, on lui dit, on en parle. Matthieu peut faire évoluer ses propositions. Ça permet un échange qui est vraiment bénéfique pour l’entreprise ».
« Demain, je reconduis l’expérience en l’état, intégralement ! Il n’y a rien à améliorer, je suis entièrement satisfait. J’ai conscience aussi que c’est grâce à la personnalité de Matthieu, ce qui m’encourage à poursuivre l’expérience de l’alternance ! »

Nathalie Vinciguerra, Responsable de l’Unité Environnement et Développement Durable, RFF

« RFF nous incite à prendre des étudiants en alternance dans l’objectif de repérer les futurs talents à recruter.

L’alternance présente deux intérêts majeurs :

  1. Bien connaître la personne sur une longue durée. En règle générale, une période d’essai de 3 mois ne suffit pas pour connaître une personne, alors qu’une alternance d’1 an permet de la confronter à différentes situations, de voir toutes les facettes de sa personnalité.
  2. La formule d’alternance 4 jours en entreprise/1 jour à l’école permet d’intégrer vraiment le jeune dans l’équipe, de lui confier des missions intéressantes dans la durée. C’est équivalent à un temps partiel à 4/5ème que nous connaissons bien ici ».

« Je suis très satisfaite de la jeune que nous accueillons en Master 2. Elle est très motivée, autonome car elle a déjà fait un certain nombre de stages dans différentes entreprises. Elle est très bien intégrée à l’équipe, sait s’adapter ».

Serge Cholet, Directeur des Services Généraux, CETELEM

« Avec les obligations nouvelles fixées aux entreprises du CAC 40, CETELEM a souhaité faire partie des entreprises pro-actives, être moteur en la matière. Elle compte actuellement 142 alternants dans son effectif.
C’est une politique gagnant/gagnant qui permet à l’entreprise de repérer de bons profils, aux jeunes de vivre une expérience formatrice, avec à la clé une possibilité de recrutement ».

« Le rythme est très bien. Au début, son absence du vendredi était parfois compliquée à gérer. Mais à présent, tout va bien, à part quelques coups de bourre. Mais Raphaël répond à ses messages donc le fil est maintenu le vendredi. Et moi j’évite de l’embêter lorsqu’il est à l’école ».

« Ça se passe très bien, Raphaël est dynamique et motivé. Il est efficace aussi bien sur le plan intellectuel qu’opérationnel. Il vient de par exemple toute une analyse sur le montant d’une prime à nos commerciaux pour les inciter à utiliser un véhicule propre. Et sur le plan opérationnel, il m’a vraiment surpris car je le pensais surtout efficace sur un plan intellectuel : il a animé récemment un stand interne sur le co-voiturage avec beaucoup de passion.
A son arrivée, je lui ai donné 2 ou 3 contacts dans l’entreprise et il s’est débrouillé.

Je lui fais confiance et il prend des initiatives. Par exemple, nous avons reçu il y a peu un mail en fin de journée, de la Direction de la Communication qui voulait un article sur nos actions RSE. Il l’a rédigé, sans que je lui demande, pour le lendemain matin. Et il s’est très bien débrouillé !
Il a beaucoup progressé en capacité de synthèse : au début, il était trop prolixe, il décrivait le contexte, les missions de l’ADEME,…etc. Il a appris à comprendre le besoin de l’entreprise, à faire court et précis. Il sait s’adapter.
Pour résumer, Raphaël nous apporte beaucoup. Des idées, des informations sur la réglementation, sur des expériences, le bilan carbone…
Il croit au développement durable sans être naïf pour autant. Il a conscience qu’il y a une part de « green washing » dans toute cette communication environnementale. Mais il sait aussi qu’il faut bien démarrer ».


« Sans hésiter, je recommence l’année prochaine ! »

Vincent Bovet, Chef de Projets Développement Durable, Cofely

« L’alternance est un axe stratégique fort pour Cofely. Nous avons des objectifs de recrutement de jeunes en alternance (4% des effectifs de la Région IDF) et, parmi eux, des objectifs chiffrés de recrutements à l’issue des contrats d’alternance. Pour information, 57% des alternants de 2010 ont intégré Cofely.
L’intérêt de l’alternance, c’est de confronter ce que le jeune apprend en cours à la réalité de l’entreprise, en le formant à nos métiers et d’améliorer ainsi sa formation initiale ».

« Par rapport à la formule stage de quelques mois en entreprise, ce qui me plaît dans l’alternance, c’est la durée. En particulier, le rythme proposé par ITI me convient parfaitement : 8 jours en entreprise/3 jours à l’école. Je peux impliquer le jeune sur des projets à long terme. Dans l’équipe on peut vraiment compter sur lui. On peut lui donner plus de responsabilité du fait de sa présence dans la durée ».

Sont-ils efficaces ces jeunes ?! êtes-vous content de leur travail ?

« Michaël est très dynamique, il a envie d’apprendre, il va chercher l’information. Sa présence est très positive. Le meilleur exemple, c’est que, au départ, il n’était pas dans un service adapté à sa formation, à ses souhaits d’apprentissage. Il a fait l’effort de venir vers nous. Et 2 mois après son arrivée, il était dans notre service au Développement Durable, the right man in the right place ! »

Vincent Scharwatt, Responsable de l’activité Maîtrise d’oeuvre, CORETUDE

« CORETUDE reçoit des jeunes en alternance depuis 2009. Et cette année-là, ça s’est très bien terminé puisque les 2 alternances ont débouché sur 2 embauches ! Dont un jeune qui suivait la Licence Ingénierie de l’Efficacité Energétique du Bâtiment.
Avant on faisait plutôt appel à l’intérim. Un salarié intérimaire peut être opérationnel sur l’instant mais le coût de l’intérim est lourd à supporter pour l’entreprise.

CORETUDE a fait le choix de l’alternance qui permet de repérer des talents. La politique de la maison, c’est de fidéliser les employés. A travers sa politique d’alternance, CORETUDE manifeste une réelle volonté d’embaucher.
L’alternance, c’est vraiment une bonne chose. Moi j’ai fait mon diplôme d’ingénieur en formation initiale classique et j’ai vraiment tout appris pendant mon stage en entreprise de 5 mois. Après 3 ans d’école et d’enseignement général, j’ai pu y découvrir les vraies contraintes de l’entreprise.

Alors, si on a la chance de connaître l’alternance dès le début de ses études, c’est un enrichissement considérable. L’adaptation de l’école à l’entreprise et inversement, l’intégration des exigences de l’école dans l’entreprise (suivi d’un mémoire par exemple), tout cet ensemble bien structuré permet au jeune d’avancer plus vite ».

Anne Gresle, Directrice du Développement Durable, Groupe Saur

Nos partenaires ont bien voulu témoigner de leur expérience d’alternance avec nos étudiants. ITI les remercie chaleureusement !

  1. Quel est l’intérêt de l’alternance pour une entreprise ?
  2. Le rythme d’alternance proposé par ITI est-il adapté à vos besoins ?
  3. Continuez-vous l’année prochaine à employer un jeune en alternance ?

De cette manière, nous créons un vrai lien entre un apprentissage universitaire d’une part, des pratiques professionnelles, d’autre part. L’un des intérêts de l’alternance, c’est d’encadrer des jeunes tout en leur apprenant l’autonomie professionnelle inhérente à nos métiers.

L’élément déclencheur pour recruter dans cette Direction un jeune de niveau bac + 5, a été un message de la DRH qui nous a précisé que des formations alternantes existaient dans le secteur du Développement Durable, que nous pouvions ainsi trouver des solutions. J’ai pu réaliser que l’apprentissage se prêtait aussi aux métiers de siège ».

« 4 jours en entreprise / 1 jour en formation, c’est parfait pour nous. Cela équivaut à un temps partiel classique, que l’entreprise sait parfaitement gérer. Un rythme 15 jours/15 jours serait beaucoup plus difficile pour moi car nous travaillons en équipe sur des projets à moyen terme qui nécessitent l’investissement de toute l’équipe en continu sur des périodes données.


Par exemple, nous produisons actuellement le Rapport RSE de l’entreprise. Nous sommes en interaction permanente avec un graphiste. Si Charlaine devait disparaître 15 jours à l’école, ce serait impossible. Il nous faut une vraie continuité sur ce type de projets ».

« Je chercherai à reprendre un jeune en alternance car c’est un système extrêmement bénéfique. Je serai très vigilante sur les rythmes d’alternance proposés. Je pense que j’observerai aussi de très près la capacité des écoles à établir un suivi pédagogique de qualité dans la durée ».

Retour en haut de page