Mégane Tramoni : « Je souhaite vivre de mes projets »

Mégane Tramoni, 24 ans, étudiante en dernière année de master « Entrepreneurs Dirigeants » à l’Esam, a rejoint cette année la pépinière créée par son école afin de développer son activité. Pour Diplomeo, elle explique les différentes facettes de son projet de création d’entreprise et évoque l’aide de son école pour le mener à bien.

Mégane étudiante à l'ESAM

Mettre en relation les coachs sportifs et les particuliers qui veulent faire du sport. C’est ce que souhaite faire Mégane Tramoni en créant une plateforme de mise en relation totalement innovante. Cette étudiante de l’Esam dévoile son projet entrepreneurial, pour Diplomeo.

Une plateforme de mise en relation pour faire du sport

Tu as comme projet de créer une plateforme de mise en relation entre des coachs sportifs et des particuliers qui souhaitent pratiquer une activité physique régulière et variée. Qu’est-ce qui t’a donné cette idée ?

Nos intervenants nous le disent souvent, chaque projet est construit autour d’une histoire personnelle et c’est une chose que j’ai pu vérifier avec le temps.

Mon projet, c’est l’ensemble de trois facteurs personnels réunis :

  • Le premier, c’est la rencontre d’une coach sportive, aujourd’hui devenue une amie, qui m’a fait partager son quotidien et les aléas des métiers liés aux loisirs. Des métiers qui s’exercent sur le temps libre des autres et qui par conséquent demandent une forte adaptabilité.
  • Le deuxième point de réflexion provient de mon père, entrepreneur depuis toujours, qui n’a jamais aimé effectuer les démarches administratives. C’est pourquoi je souhaite aider, par le biais d’une plateforme, les entrepreneurs à s’organiser sur cette partie de « dirigeant » qui n’est finalement pas le ressort principal de l’activité. Le secteur du sport serait une première étape, puis l’on pourrait décliner ce concept pour tous les métiers indépendants.
  • Le dernier et troisième élément est le secteur du sport qui me passionne et auquel je souhaite apporter une diversité de pratique.

Peux-tu nous donner un peu plus de détails sur le projet ?

Le concept du projet est de pouvoir réserver son cours de sport en temps réel, tout en ayant le choix du coach, en ayant accès à son profil (commentaires, évaluations, photos, spécialités, conseils, biographie, etc.).

Cette plateforme sera accessible par application mobile et site web. Le nom n’a pas encore été déposé, je ne peux donc pas spécifier cette information.

Comment comptes-tu te différencier des autres plateformes qui existent déjà dans ce domaine ?

La différenciation du projet est de me focaliser davantage sur l’entrepreneur, l’indépendant à son compte en lui proposant une vraie « plus-value » à utiliser ma plateforme.

Je lui proposerai de remplir son agenda à proximité de chez lui, de gagner du temps sur ses tâches administratives, d’avoir accès à des documents officiels (lettres, contrats, rappels de paiements et échéances, base de données interactive et mise à jour régulièrement pour un suivi personnalisé de sa clientèle, liens vers des sites partenaires d’édition de documents print comme des cartes de visite, etc.)

« La pépinière de l'Esam est une véritable source de rencontre »

Le modèle de prise de contact sera sur une communication sans intermédiaire, le client pourra directement prendre contact avec le coach et inversement, à la différence des concurrents qui proposent de répondre à une demande qui sera formulée par le client.

L’Esam, une aide précieuse

Ton école t’aide-t-elle dans la mise en place de ce projet ?

L’Esam met en place un certain nombre de moyens pour aider les étudiants, comme la pépinière qui est une véritable source de rencontres, d’échange et d’apprentissage par des professionnels qui se rendent disponibles.

Étant en spécialisation création d’activité, nous avons aussi accès à un laboratoire qui permet d’avancer sur nos projets. Nous sommes une petite promotion, ce qui nous permet d’avoir de vrais échanges avec nos intervenants et de réellement les connaître.

Tu as rejoint la pépinière de l’Esam qui vient juste d’ouvrir ces portes, qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce choix ?

Je souhaite vivre cette expérience afin de rencontrer des personnes qui souhaitent eux aussi vivre une aventure entrepreneuriale, mais aussi rencontrer et partager avec des professionnels qui sont susceptibles de pouvoir beaucoup nous apporter.

Que penses-tu de cette initiative entrepreneuriale lancée par l’école ?

Je pense que c’est une très belle opportunité pour faire parler de l’école, un moyen de reconnaissance et d’évolution en notoriété. Aider des étudiants à lancer leur projet c’est vivre ensemble une expérience humaine avant tout et cela reflète très bien les valeurs de l’école.

« Lorsque mes armes seront faites, je souhaite vivre de mes projets »

De plus en plus de jeunes veulent et ont de bonnes idées pour révolutionner le monde, les marchés et la vie quotidienne en général. C’est une façon de positionner l’école sur ce créneau en participant à l’avancée des entreprises actuelles.

Un lancement prévu… pour quand ?

Quand penses-tu que ton projet pourra voir le jour ?

Mon projet peut voir le jour l’année prochaine comme dans quelques années. Je rentre tout juste dans l’opérationnel, et la rapidité de lancement dépendra des rencontres, des différents acteurs externes ainsi que de la potentielle aide financière à développer ce projet.

Quelles seront selon toi, les différentes étapes avant qu’il puisse voir le jour ?

Dans un premier temps, pouvoir présenter mon idée en image, par une vidéo de teasing afin de faire comprendre en quelques minutes les avantages de mon projet. Dans un second temps, bloquer les budgets et la rentabilité sur le ROI engagé. Puis lancer une phase de test avec un prototype pour valider l’idée et le concept.

Te sens-tu soutenue dans ce projet ?

Oui, je me sens soutenue ; c’est un projet qu’il serait plus facile de développer à deux, mais l’aide de mon entourage me permet de brainstormer sur l’idée qui n’est jamais statique.

Quels sont tes projets professionnels ?

Je rêve de partir vivre aux États-Unis ou au Canada début 2018, afin de vivre une expérience qui pourra m’ouvrir l’esprit et me permettre d’associer chaque découverte à une potentielle idée entrepreneuriale. Mon projet sera le commencement de nombreuses autres idées que je souhaite mettre en place. Je ne veux pas créér une entreprise pour la vie, mais vivre de nombreuses expériences pour évoluer chaque jour.

Je travaille depuis 3 ans dans une agence de design graphique, je suis chef de projet et je souhaite aussi intégrer un poste à responsabilités au sein d’un grand groupe. L’univers PME m’a apporté une grande polyvalence, que je souhaite renforcer par l’aspect process des grandes entreprises.

Lorsque mes armes seront faites, je souhaite vivre de mes projets.

Retour en haut de page