Les cours renversés : nouvelle pédagogie novatrice à l’ESILV

La cloche des cours magistraux avec ces étudiants passifs a sonné. C’est l’heure de l’innovation pour l’ESILV (École Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci) avec la technique des cours renversés.

Le succès du DIY

Le DIY (ou Do It Yourself) a inspiré l’équipe pédagogique de mathématiques de l’ESILV. Mieux que la nouvelle tendance de la classe inversée (les cours sont reçus et étudiés à la maison avant l’approfondissement en classe), la classe renversée rend les futurs ingénieurs acteurs de leur formation. Il leur est proposé de construire le contenu du cours eux-mêmes en petits groupes de 3 à 4 étudiants pour ensuite l’exposer à leurs camarades et enseignant durant des séances de travaux dirigés.

Pour les aider, le squelette des chapitres leur est transmis ainsi que des exercices corrigés. Le rôle des professeurs est de mettre en scène les cours en organisant les exposés et en encourageant l’interactivité entre les équipes avec une pointe de challenge pour donner l’envie aux étudiants de se surpasser. À la fin, ils reviennent sur les notions importantes et pour éventuellement corriger certains points maladroits pour les élèves.

Une méthode qui plaît

Les étudiants de cette école, principaux concernés, ont accueilli avec enthousiasme cette nouvelle approche éducative. Basé sur le principe d’exposés continuels, cela demande beaucoup d’investissements de la part des étudiants. Mais la finalité et un peu de compétition les séduisent : « Nous pensions ne pas pouvoir faire face aux questions des autres. Finalement, nous avons vraiment apprécié cet exercice de transmission du savoir. Il était plus facile d’apprendre et surtout de retenir ce que nous avons construit en équipe. » raconte Thibaut TUCOULOU, élève-ingénieur en 2ème année à l’ESILV.

Une plateforme d’apprentissage en ligne communique tous les cours aux futurs ingénieurs pour garder une trace solide des enseignements. Les cours renversées ne s’appliquent pour l’instant que pour les mathématiques à l’ESILV mais pourrait bientôt séduire d’autres équipes d’enseignants.