L’ESCEM perd son grade de master

Que s’est-il passé à l’ESCEM pour que la CEFDG émette un avis défavorable concernant le visa et le grade de master du programme grande école de l'établissement ? Si certains pointent du doigt les élus, l’administration parle d’un « accident administratif ».

A qui la faute ?

La commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion a rendu son verdict et la pilule a du mal à passer au sein de l’ESCEM. Les tensions, déjà vives, entre le personnel et la tutelle, sont à nouveau ranimées avec cette décision. A l’école, les professionnels s’attendaient à un grade de master et un visa de deux ans mais c’est finalement un refus de la commission qui vient tout bouleverser. La déléguée syndicale CFDT-CCI déclare que cela « sonne comme un arrêt de mort » et refuse de se laisser reprocher « jusqu’à la qualité pédagogique, alors que c’est la même équipe qui a eu le grade pour 6 ans, qui obtenu Equis, AACSB ».

Pour eux, la tutelle a sa part de responsabilités. Son manque d’engagement financier serait la raison principale de cette perte, tout comme l’absence de vision stratégique du président de l’école. Celui-ci soutien la chambre du Loiret et les collectivités et a demandé un rendez-vous à la CEFDG dans un communiqué le 8 avril.

Il semblerait toutefois que cette décision soit irrévocable et que l’ESCEM n’ait pas su imaginer des ambitions à la hauteur de ses moyens. Affaire à suivre.

Retour en haut de page