EM Lyon : 5 ans pour changer les "early makers" !

À l’EM Lyon, on est « early maker » avant d’être étudiant, davantage acteur du changement que simple apprenant. D’ici 2023,  l’école de commerce ambitionne de faire évoluer ses « earlymakers » en misant sur l’expérience et les innovations pédagogiques.

Faire partie de l’EM Lyon, c’est « être capable de relier des mondes, de construire et avoir des pensées positives », pour Bernard Belletante, directeur de l’école. L’idée selon laquelle un « earlymaker » (étudiant de l’école) peut créer, repenser et améliorer le monde qui nous entoure est une évidence pour l’école.

Être Earlymaker ? Être innovateur !

« La brique de lego est la même pour tout le monde, c’est ce que les gens en font qui importe ». Cette « théorie du lego » exposée par le directeur de l’école en dit long sur sa conception de l’individu qui expérimente l’EM Lyon, que ce soit à Paris, Lyon, Saint-Étienne, Casablanca ou Shanghai.

Depuis de nombreuses années, l’école de commerce s’attache à définir ce qu’est un early maker. En quelques mots, il s’agit d’une personne actrice de la transformation, positive, qui accorde une importance significative au partage, à l’expérience et ne perd pas une occasion pour anticiper et agir. Dynamisme, enthousiasme, audace et progrès semblent dicter les pas des étudiants. Mais comment faire en sorte que chacun puisse développer ces qualités et compétences ?

Puisque l’école ne peut considérer qu’il y ait apprentissage sans expérience, celle-ci a également créé au cours des dernières années tout un écosystème « makers » ou « faiseurs » favorisant l’innovation et l’action à travers la pratique. Depuis 2017, par exemple, les différents campus de l’EM se sont dotés de 3 makers'labs équipés d’outils de pointe (imprimantes 3D, logiciels de développement et de conception 2D et 3 D...), ou de learning hubs, espaces proposant des bibliothèques numériques. Ces lieux ont pour but de permettre à chacun de s’enrichir de nouvelles pratiques. Selon Bernard Belletante, être en phase avec l’éducation de demain est penser que « les étudiants ne sont plus là pour apprendre des techniques, mais pour savoir comment s’approprier les nouvelles techniques et même les influencer ».

Un early Maker en 2023, ce sera quoi ?

Puisque l’école de commerce ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, les projets pleuvent !

Afin de permettre à chacun de développer ses talents, l’école de commerce compte tout d’abord faire évoluer ses incubateurs en créant une BU early makers development à Lyon. En effet, l’innovation pédagogique est au cœur de la stratégie de l’école qui souhaite également accorder aux Edtechs une importance significative, en développant notamment un Fonds d’investissement EdjobTechs (15 à 20 millions d’investissements d’ici 2023).

L’école compte aussi transformer le système d’apprentissage en établissant un « modèle biface » : les diplômés, les étudiants deviennent professeurs pour donner lieu à un échange d’expertise cohérent. Il semblerait que la flexibilité soit particulièrement importante pour l’école qui souhaite également mixer cours présentiels et distanciels.

Le directeur Bernard Belletante souhaite redonner du sens aux études, considérant que l’EM Lyon doit être davantage considérée comme un « hôtel des intelligences » plutôt qu’un lieu de transmission unilatérale au sein duquel un étudiant passe trois ans de sa vie.

D’ici 2023, EM Lyon envisage une communauté de 50 000 earlymakers curieux et ambitieux et 700 collaborateurs sur 7/8 campus !