« Comment nous avons intégré l’ENSEIRB-MATMECA »

Benjamin et Rémi ont 22 et 21 ans. Grâce aux admissions parallèles, ils ont pu entrer à l’ENSEIB-MATMECA (Bordeaux INP) et suivre, après un DUT Métiers du multimédia et d’internet (MMI), une formation d’ingénieurs. Ils ont tous les deux choisi la filière télécommunications et nous racontent leur parcours et leurs projets.

Pour ma part, je m’appelle Benjamin, j’ai 22 ans et je suis étudiant à l’ENSEIRB-MATMECA - Bordeaux INP au sein de la filière Télécommunications avec une option en école de commerce pour ma dernière année d’études et au sein d’un parcours d’entrepreneur. Passionné par la création de valeur à partir de la technologie, mon poste sera multicompétences (ingénieur d’affaire, management technologique, consulting), etc.

Moi, je suis Rémi Perrot, 21 ans, en option GLRT (Génie Logiciel des Réseaux et Télécommunications) au sein de la même filière. Les choses qui m’intéressent sont techniques (développement, réseaux) et managériales (gestion de projet).

Comment nous avons intégré le master de l’ENSEIRB-MATMECA

Nous avons intégré l’ENSEIRB-MATMECA – Bordeaux INP en 3e année après le baccalauréat (Niveau L3), à la suite de l’obtention d’un DUT MMI, métiers du numérique et de l'internet (anciennement SRC) en admissions parallèles. Ce type d’admission est donc basé sur l’étude du dossier scolaire et éventuellement un entretien de motivation. Cette voie d’intégration reste minoritaire pour les filières classiques bien qu’en plein développement.

Dans notre cas, pas d’entretien de motivation, mais la nécessité d’un dossier solide agrémenté de lettres de recommandation.

Notre cursus à l’ENSEIRB-MATMECA

En première année, nous avons tous les deux suivi une année de tronc commun visant à nous donner les bases théoriques d’un ingénieur (essentiellement mathématiques) mais également un aperçu de chacun des piliers de notre spécialité en télécommunications : informatique, réseaux, communication numérique, traitement du signal.

Lors de la seconde année, nous avons effectué un premier choix d’option parmi ces différents piliers et réalisé un projet sur tout un semestre, parrainé par un industriel et par équipe de 6 à 8 personnes.

Pour la 3e et dernière année, un nouveau choix d’options nous a été possible pour poursuivre soit dans un domaine technique, soit un domaine plus transversal. Benjamin a fait ce choix et a intégré une option en « E-Management » à Kedge Business School. Quant à Rémi, il a intégré l’option GLRT, correspondant tout à fait à ses attentes : développement logiciel au sein des télécommunications.

Les qualités du cursus sont la pédagogie par projets, le fort contact avec les entreprises, les visions et champs d’action globales des Télécommunications et l’ouverture à l’international très forte.

Concernant les intervenants il s’agit là d’un mélange entre enseignants-chercheurs et acteurs du monde de l’entreprise.

Si toi aussi tu veux intégrer l’ENSEIRB-MATMECA

Si vous souhaitez intégrer ce cursus via, comme nous, une admission parallèle, nous ne pouvons vous que conseiller le travail et la détermination. Un travail efficace pendant les 2 années précédentes vous apportera une force de travail nécessaire, une légitimité afin de demander des lettres de recommandation, etc.

Préparez-vous en vous rendant aux portes ouvertes des écoles, n’hésitez pas à poser des questions directement aux personnels des écoles ou encore aux anciens élèves !

Notre avenir après le master de l’ENSEIRB-MATMECA

Benjamin : Mes projets à la suite de ce cursus sont assez variés, ce qui est une des chances que nous donne cette formation. Ayant déjà réalisé un double cursus en école de commerce, je ne poursuivrai donc pas mes études suite à l’obtention de mon diplôme. Comme j’ai lancé ma start-up dans le courant de ma 2e année, je vais continuer à travailler sur ce projet. En plus de cela, je compte m’investir dans une carrière à la suite de mon stage de fin d’études (beaucoup débouchant sur un CDI), sûrement au sein d’un grand groupe.

Cette formation est très riche et permet à chacun de trouver son parcours et s’épanouir comme il se doit.

Rémi : Pour ma part, mes projets à moyen et long terme ne sont pas fixés. Mon projet à court terme peut être amené à changer en fonction de mon expérience en stage, mais il reste pour l’instant assez classique. Je souhaite intégrer un grand groupe, ou une SSII, où je travaillerai en tant qu’ingénieur développeur pendant 2 à 4 ans. Puis, une fois que ma légitimité sera acquise, je souhaite me diriger vers de la gestion de projet (chef de projet, scrum master, etc.).