Jérôme, un diaboliste prêt pour Hollywood !

Jérôme Coquelle, étudiant de l'EM Strasbourg et diaboliste

À seulement 22 ans, Jérôme s’apprête à aller brûler les planches d’Hollywood avec un numéro de diabolo. Lors d’un concours, il a gagné sa place au JO artistiques et compte bien « se donner à fond » !

Pour suivre Jérôme

Rendez-vous sur sa page Facebook.
Il nous a promis d'y raconter
son aventure hollywoodienne !

Hollywood. Rien qu’en évoquant ce lieu, on a des étoiles plein les yeux. À Strasbourg, il y en a un qui va bientôt s’envoler pour Los Angeles, avec un diabolo dans sa valise. Passionné de jonglerie, Jérôme Coquelle est étudiant en deuxième année du Programme Grande école à l’EM Strasbourg. Après avoir remporté la Palme des Talents étudiants, ce jeune étudiant artiste tentera de briller, en une minute, lors du World Championship of Performing Arts (Championnat du monde de performance artistique). Un concours parrainé par un certain Arnold Schwarzenegger et bourré d’opportunités… Interview « les pieds sur terre » de ce diaboliste prêt à décoller.

15 ans de diabolo, des petites scènes, puis Hollywood !

Peux-tu commencer par nous parler de ta passion ?

J’ai commencé le cirque à l’âge de 7 ans, dans une association près de chez moi. Au début, je testais toutes les disciplines et je me suis spécialisé dans la jonglerie et le diabolo au fil des années. Je me suis beaucoup entraîné.

Les diabolistes, c’est une toute petite communauté. J’ai eu la chance de rencontrer des pratiquants très bons et de beaucoup apprendre à leurs côtés.

J’ai commencé par des petits spectacles de cirque, des soirées spectacles au collège, etc. Et, il y a cinq ans, j’ai décidé de monter un numéro plus sérieux de 8–9 minutes. Depuis trois ans, je le présente régulièrement sur des scènes ouvertes, des soirées talents, etc. Et puis j’ai aussi une vidéo de présentation, qui m’aide à me faire connaître et à signer de plus en plus de petits contrats !

Tu as remporté la Palme des étudiants en mars 2017. Qu’est-ce que c’est ?

C’est un concours national qui a eu lieu à Paris, au Palais des Glaces. Il y a quatre catégories : comédie/théâtre, danse, chant et magie/cirque. Le gagnant et le coup de cœur du jury sont sélectionnés pour participer au World Championship of Performing Arts, à Hollywood, du 30 juin au 10 juillet. Nous serons une dizaine à composer la team France, issus de différents concours de talents.

Une minute pour convaincre dans un show à l’américaine

Est-ce que tu sais déjà comment va s’organiser ton séjour ?

Le concours est organisé en quarts de finale, demi-finale puis une grande finale. C’est très « à l’américaine ». Il y a beaucoup de catégories dont mannequinat par exemple, avec des mini-miss et leurs mamans surexcitées comme on imagine aux États-Unis… Ce n’est pas qu’un concours, on va aussi pouvoir assister à des cours, des séminaires, des forums, etc.

Pour le concours, le plus compliqué, c’est qu’on a une minute sur scène. C’est très très court ! Dans un show de 8 minutes, je peux faire des petites erreurs et me rattraper, mais là, il faut absolument faire un « perfect » !

Parle-nous un peu du numéro que tu vas présenter !

Je me suis préparé a condenser ma prestation lors d’une résidence d’une semaine où j’ai beaucoup travaillé la mise en scène. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort ! Le numéro d’une minute que je vais présenter joue sur la french touch et le côté cabaret.

À quelques jours du départ pour Hollywood, dans quel état d’esprit es-tu ?

Il y a du stress, évidemment. Et beaucoup de choses à faire, mais ça se présente bien. J’ai imprimé des cartes de visite, préparer des clés USB, des flyers… L’objectif là-bas sera vraiment de me vendre ! Je suis très excité tout en gardant les pieds sur terre, mais je vais vraiment me donner à fond !

Tu y vas avec un objectif précis ?

Au culot, je vais aller aux événements avec mon diabolo sous le bras et, s’il le faut, je ferais des démos directement aux professionnels. Il y aura des personnes de beaucoup de milieux différents : des programmateurs de salle, des personnes de la comédie musicale, du cinéma, etc. J’y vais en espérant faire des rencontres et peut-être décrocher une belle opportunité !

Objectif : être des deux côtés de la scène

L’EM Strasbourg semble t’avoir beaucoup aidé dans ta passion et ton projet, comment ?

Financièrement tout d’abord. L’EM Strasbourg m’aide à payer ma participation au championnat. J’ai également reçu beaucoup de conseils pour gérer ma communication. En janvier, j’ai dit à l’administration de l’école que je n’arrivais pas à gérer les cours, la présidence du BDA (Bureau des Artistes) de l’école et la jonglerie et ils ont été très compréhensifs. J’ai suivi une partie des cours seulement pour me consacrer à mon projet et je vais donc poursuivre ma deuxième année, en Colombie !

Ensuite, j’aimerais me tourner vers un master en événementiel en alternance. J’aime beaucoup ce milieu, je l’ai notamment découvert grâce au BDA.

C’est LA question qu’on te pose sûrement trop : tu sais ce que tu veux faire plus tard ?

Après le lycée, j’ai voulu faire une école de cirque. Mes parents n’étaient pas vraiment pour et aujourd’hui je les remercie de m’avoir conseillé de faire un BTS, car je ne pense pas qu’il soit essentiel de passer par ces écoles.

Après le concours à Hollywood, je vais poursuivre mes études. Sauf si une grosse opportunité se présente, là j’y réfléchirais.

Je ne sais pas si je vais faire du diabolo pendant encore 20 ans, mais dans l’idéal j’aimerais être des deux côtés de la scène : travailler dans l’événementiel et poursuivre mes activités d’artiste.

Enfin, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour Hollywood et après ?

Une méga grosse chance ! Ça va être un moment très intense, mais aussi très enrichissant. Et puis, j’ai la chance d’être bien soutenu par mes amis !

Des amis avec qui il a d'ailleurs fait une petite vidéo « Diabolo Gangsta Rap » qui a beaucoup plu à la rédaction et qu'on vous fait donc partager !

Retour en haut de page