EBI Cergy : le jury d'Enactus envouté par le doudou et la lessive des étudiants !

groupe gagnant de l'EBI

Parallèlement à leurs cours de 5e année, ces 24 ingénieurs de l’EBI ont relevé le défi du concours Enactus : monter un projet d’entrepreneuriat social. Ils sont même allés plus loin en proposant 2 projets, et en remportant la compétition !

170. C’est le nombre de projets qui étaient présentés au concours Enactus par plus de 1 200 étudiants cette année. Des projets qui tournent tous autour de l’entrepreneuriat social. Nous avons pu discuter avec les gagnants, et surtout les gagnantes, car le groupe ne compte que 3 garçons. Selma, Axelle, Émilie et Carine nous ont parlé de Barnab'air et Mamie Cendrine juste avant de s’envoler pour la finale internationale, à Londres.

Deux projets pour le prix d’un !

Lors de la compétition nationale, le groupe de l’EBI a choisi de présenter deux projets, car « impossible de choisir » !

Pouvez-vous nous présenter votre projet, ou plutôt vos projets ?

« Nous avons choisi de présenter deux projets, car on ne pouvait pas choisir entre nos deux idées ! La première c’est Mamie Cendrine : une lessive 100 % naturelle, à base de cendre, qui se calque sur une recette de grand-mère. Le concept est de recycler les cendres récupérées dans des boulangeries ou des laveries par exemple, d’en faire une sorte de potasse qui a un pouvoir lavant naturel. Avec Mamie Cendrine, on fait aussi de l’économie circulaire. L’autre projet, c’est Barnab'air. C’est un doudou purificateur d’air. Il contient plusieurs filtres qui permettent de créer une sorte de bulle d’air pur autour de l’enfant. Il faut savoir que la pollution de l’air est la troisième cause de mortalité et que les plus jeunes en sont les premières victimes. La peluche est autonome en batterie et donc transportable. »

Vous avez donc présenté Barnab'air et Mamie Cendrine au concours Enactus, racontez-nous !

« Pour la compétition nationale Enactus, nous étions 4 speakeuses sur scène, avec une présentation PowerPoint. Nous avions 17 minutes pour présenter nos deux projets, en anglais. Le concours fonctionne en phases de poules, nous avons atteint la finale, et nous avons gagné ! Il fallait également présenter un stand. »

L’ambiance d’Enactus, c’est comment ?

« Il n’y avait pas vraiment d’esprit de compétition entre les projets, mais plutôt une ambiance de partage et d’échange. Nous avons découvert plein de supers projets. Il avait une réelle bienveillance. Beaucoup de projets présentés tournaient autour de services et étaient présentés par des étudiants d’écoles de commerce. Il y avait peu d’écoles d’ingénieurs et peu de produits concrets comme les nôtres. »

Un an de travail en amont

Pour pouvoir présenter Mamie Cendrine et Barnab'air, les 24 étudiants n’ont pas chômé et ont été bien épaulés.

Comment avez-vous préparé vos projets et le concours ?

« Enactus nous a beaucoup coachés avant la compétition. Nous avons participé à des séminaires et des workshops pour bien avancer dans nos projets et ne pas nous égarer. »

L’EBI vous a également épaulé ?

« Oui, et surtout notre professeur de marketing qui nous a poussés et encouragés toute l’année. Nous avions également un accès très libre aux laboratoires de l’école pour travailler quand on voulait. »

Justement, le travail sur Barnab'air et Mamie Cendrine, c’était quand ?

« Sur notre temps libre essentiellement. Que ce soit le soir ou pendant les vacances, on a travaillé sur les projets en parallèle des cours. »

Londres en vue, et pourquoi pas une entreprise ?

Fin septembre, le groupe traversera la Manche pour représenter la France lors de la finale internationale, face à 35 autres pays.

Du 26 au 28 septembre, vous allez vous envoler pour Londres et la finale internationale, comment abordez-vous cette nouvelle étape ?

« Nous sommes en plein dans les derniers préparatifs, nous retravaillons un peu le pitch. Le principe est le même : 17 minutes pour présenter. »

Et comment comptez-vous représenter la France ?

« Pour cela, on a un pôle communication qui se charge du stand typiquement français en mode baguette, vin et saucisson ! Nous avons choisi plus précisément le thème de la Provence avec notamment du savon, de la lavande, etc. Il y a un prix pour le meilleur stand parmi les 36 pays représentés. »

En essayant de prendre d’ores et déjà du recul, qu’est-ce que l’aventure Enactus vous apporte ?

« C’est une vraie expérience humaine que nous espérons pouvoir utiliser plus tard. Nous avons appris à travailler à 24, en parallèle des cours, ce qui n’est pas tous les jours facile ! Nous avons aussi découvert de beaux projets et ça nous a, pour certains, donné envie d’entreprendre. »

Après la compétition, que vont devenir Barnab'air et Mamie Cendrine ?

« On n’a pas envie que ça s’arrête. Alors, on recrute de nouveaux étudiants de l’EBI pour faire perdurer le projet, car nous, nous allons partir en stage pour 6 mois. Le projet de créer, à terme, une entreprise est sur la table. Notamment pour Barnab'air où quelques partenaires se sont montrés intéressés... »

Retour en haut de page