Conférence sur la web-citoyenneté à Science Po Paris

Du 24 au 27 juin 2014, le campus de Science Po Paris accueille la conférence « Le web 2.0 et la participation démocratique ». Organisée en partenariat avec l’école SciencesCom et l’université de Bournemouth, la conférence revient sur les recherches effectuées en matière de vie politique des citoyens du monde via les technologies web.

L’école nantaise de communication et médias Sciencescom est à l’origine de la conférence internationale qui se tiendra à huis clos et abordera l’expression de la démocratie sur les plateformes internet. 
Seule la session d’ouverture du 24 juin sera ouverte au public dans les locaux de Science Po Paris.
Ensuite, 35 chercheurs internationaux assisteront à la présentation des travaux de recherche en sciences politiques de Rachel Gibson, Bruce Bimber et Pascal Perrineau.
Pendant trois jours, les trois spécialistes tenteront de répondre à la question de l’impact de la société web sur l’engagement et la participation politique des citoyens.

L’initiative de cette conférence a été prise par Karolina Koc-Michakska, professeur à SciencesCom du groupe Audiencia (école de management de Nantes). Ses propres recherches portant sur l’étude électorale et la communication politique dans l’ère digitale l’ont poussée à réunir les experts de ces questionnements sur le rôle des médias non-traditionnels et nouveaux en matière de politique.  

Nouveaux médias et vie politique

Le fil directeur de cette rencontre internationale part d’un constat simple. 
Avec les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), les plateformes de partage du type YouTube, ou encore les blogs et les forums, il semblerait que les comportements des internautes-citoyens aient évolué sur le plan du développement et de l’expression des idées politiques. 
On parle d’une nouvelle forme de l’engagement politique civique face à la norme traditionnelle de la démocratie participative en Occident (associations, partis).

Comment les politiciens appréhendent-ils l’ère digitale pour faire passer leurs idées et fonder leur électorat ?
Le partage et le flux constant d’informations impactent-ils sur la conscience politique et sociale des citoyens ?
Le web 2.0 est-il un réel acteur de la démocratie ?

Réponse dès demain au CEVIPOF (Centre des recherches politiques) de Science Po Paris !