Quelles sont les 14 Écoles de Journalisme reconnues par la CNMJ ?

Lecture

Il existe de nombreuses formations en journalisme. Pourtant, seulement 14 sont reconnues par la profession. On vous présente la liste !

Parmi la trentaine d’écoles existantes, seulement 14 écoles de journalisme sont reconnues par la profession. Privées ou publiques, elles correspondent aux critères de la convention collective des journalistes en ce qui concerne les méthodes pédagogiques et l’association de la profession au corps enseignant. La sélection se fait pour chacune d’entres-elles sur des concours très sélectifs.

Trouvez votre école de journalisme

Découvrez la liste des écoles de journalisme

Ces formations sont donc des atouts pour les étudiants désireux de devenir journalistes. Elles dispensent un enseignement de qualité, possèdent un équipement de pointe et sont reconnues par la Conférence Nationale des Métiers du Journalisme. L’un des principaux avantages de ces écoles est qu’elles vous permettent d’être titularisé plus vite. Lors de l’attribution de votre carte de presse (via le CCIJP), la mention « journaliste stagiaire » n’apparaîtra durant qu’un an, contre deux pour les autres formations.

Par ailleurs, les écoles reconnues disposent d’un carnet d’adresses étoffé et ont souvent des exclusivités pour les stages. En principe, les médias du service public ne prennent que des étudiants des écoles reconnues.

Parmi ces 14 écoles, cinq se trouvent à Paris et ses alentours. Les neuf autres sont situées en province (Bordeaux, Cannes, Grenoble, Lannion, Lille, Marseille, Strasbourg, Toulouse et Tours). Elles se séparent en deux catégories, les établissements publics et les établissements privés.

Certaines proposent des cursus en alternance (en contrat de professionnalisation ou apprentissage), permettant la prise en charge des frais de scolarité qui peuvent parfois atteindre plus de 7 000 € l’année. Les cursus proposés durent généralement entre deux et trois ans.
Certains masters peuvent être rejoints en formation continue directement en deuxième année, cependant le prix est beaucoup plus élevé pour ce type de formation.

Trouvez votre école de journalisme

Découvrez la liste des écoles de journalisme

Voici la liste des établissements reconnus par la profession et par la CNMJ :

  • CELSA —  Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées
  • CFJ — Centre de Formation des Journalistes
  • CUEJ — Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme
  • EJCAM — École de Journalisme et de Communication d’Aix-Marseille
  • EJDG — École de Journalisme De Grenoble
  • EJT — École de Journalisme de Toulouse

    Classement des écoles de journalisme

    Consulter le classement des écoles de journalisme selon l’Étudiant et le Figaro Étudiant

  • EPJT — École Publique de Journalisme de Tours
  • ESJ — École Supérieure de Journalisme
  • IFP — Institut Français de la Presse
  • IJBA — Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine
  • IPJ — Institut Pratique de Journalisme de l’Université Paris-Dauphine
  • IUT Lannion — Institut Universitaire Technique de Lannion
  • IUT Nice Côte d’Azur — Institut Universitaire Technique de Nice (Site de Cannes)
  • L’École de Journalisme de Sciences Po (Paris)

Le Classement des écoles

Chaque année, ces centres de formation sont classés par l’Étudiant et le Figaro Étudiant selon des critères bien précis. Nous avons donc repris les classements de toutes les écoles de journalisme en 2018 en vous expliquant les différents critères de classification.

Les 11 écoles de journalisme publiques visées

Il existe 11 établissements publics de journalisme qui sont reconnus. Sur les onze, neuf délivrent un master de journalisme et deux un DUT de journalisme. Ces écoles proposent une formation en deux ans accessibles à Bac+3 pour les Masters ou à Bac+1/2 pour les DUT.
Elles offrent donc des diplômes de 120 crédits ECTS certifiés au RNCP.
Comme ce sont des écoles publiques, vous n’aurez qu’à payer vos droits de scolarité, c’est-à-dire 256 €/an environ.

Pour intégrer ces écoles, vous devrez obligatoirement passer un concours et payer les frais de concours qui peuvent aller jusqu’à 300 euros.

CELSA – Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées

La formation en journalisme du CELSA est reconnue depuis 1981 par la profession. L’établissement se trouve à Neuilly-sur-Seine. Cette formation généraliste développe des compétences culturelles, critiques et professionnelles préparant à des fonctions en presse écrite, audiovisuelle ou multimédia. L’établissement dispose de 30 places pour ce master. Environ 900 étudiants s’y présentent chaque année.

CUEJ — Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme

L’établissement se situe à Strasbourg. C’est le premier site universitaire de formation au journalisme (en 1958) qui fut reconnu par la convention collective des journalistes (en 1968). L’école propose à la fois une compétence technique et une spécialisation dans un des domaines suivants :  actualité de l’Union européenne, police et justice ou questions de société. L’école propose aussi 6 places pour un Master franco-allemand de journalisme. Chaque année, le CUEJ accepte 40 à 45 étudiants pour environ 650 postulants.

EJCAM — École de Journalisme et de Communication d’Aix-Marseille

L’École de Journalisme et de Communication de Marseille est reconnue depuis 1985. En intégrant cet établissement, vous pourrez préparer un master en journalisme (spécialisé en presse écrite, web ou audiovisuel). Le master se veut généraliste, mais met en avant les nouvelles écritures numériques. L’école accepte chaque année 20 étudiants sur environ 350 postulants.

EJDG — École de Journalisme de Grenoble

L’EJDG est reconnue depuis 2005. La première année du master est consacrée à un enseignement généraliste : tous les étudiants sont initiés à l’ensemble des supports (presse écrite, web, radio, télévision, agence, photo, etc.). En deuxième année, les étudiants sont répartis par « spécialité » de support (presse écrite/presse en ligne ; radio ; télévision) en fonction de leur projet professionnel et de leurs résultats en première année. À terme de cette formation, les étudiants décrochent un double diplôme certifié de l'Université de Grenoble Alpes et de Sciences Po Grenoble. Chaque année, l’établissement accepte 30 des 300 candidats qui se présentent.

EPJT — École Publique de Journalisme de Tours

L’EPJT, nouvelle école de journalisme au sein de l’IUT de Tours, a supprimé, à partir de 2018, le DUT de journalisme ainsi que la licence professionnelle de journalisme. Ces deux formations, qui étaient toutes deux reconnues par la profession, ont été remplacées par un master en journalisme de niveau bac+5, lui aussi reconnu par la profession. Cette formation offre un apprentissage au métier de journaliste généraliste en presse écrite durant la première année. La seconde année, les étudiants doivent choisir leur spécialité parmi la presse écrite, la radio ou la TV. Environ 30 élèves sont acceptés chaque année sur environ 900 postulants.

IFP - Institut Français de la Presse

L’Institut Français de la Presse se situe à Paris. Reconnu en 2004, il a pour vocation de préparer les étudiants à l’exercice du métier de journaliste dans tout type de médias : écrit, audiovisuel ou en ligne. Ce master est ouvert à l’international, et propose des échanges avec l’Université de Berkeley (USA) et de Bogota (Colombie) pour ne citer qu’elles. Chaque année, l’IFP accepte 20 étudiants pour environ 500 postulants.

IJBA — Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine

L’IJBA est reconnu depuis 1975. Il remplace la filière journalisme de l’IUT Michel de Montaigne. L’enseignement dispensé à l’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine touche à toutes les techniques du journalisme (presse écrite, web, audiovisuel). L’établissement s’ouvre à l’international puisqu’il propose des échanges avec d’autres universités situées, en Espagne, et en Colombie. En 2018, 36 élèves ont été reçus à ce master sur 913 postulants.

IPJ : Institut Pratique de Journalisme à l’Université Paris Dauphine

Basé à Paris, l’Institut Pratique de Journalisme est reconnu depuis 1993. L’école a pour but de former, en deux ans, des professionnels de la presse, de l’audiovisuel, des médias numériques, ou de l’éditing, immédiatement opérationnels dans les rédactions. Ils participeront à la création de plusieurs médias au sein de l’école ainsi qu’à l’élaboration d’un média local. 40 étudiants sont admis chaque année, sur 800 candidats. Depuis 2005, l’IPJ propose une formation en apprentissage d’une capacité de 15 personnes.

IUT Nice Côte d’Azur — Cannes (Association des Écoles de Journalisme de Cannes)

Le complexe universitaire de l’IUT Nice Côte d’Azur comprend une formation en Info Com avec une spécialisation en journalisme. Chaque année, une trentaine étudiants sont admis dans cette formation qui débouche sur un DUT de journalisme. L’équipe pédagogique est composée d’enseignants chercheurs et de professionnels en activité afin de fournir aux étudiants un enseignement théorique et apprentissage pratique du métier de journaliste. 

IUT Lannion

La formation en journalisme dispensé par l’IUT de Lannion est reconnue depuis 2004. Cette formation se compose d’une année d’approfondissement et de perfectionnement aux techniques journalistiques centrées sur la conception et la réalisation d’un projet éditorial en équipe. La seconde année est une année de spécialisation médiatique par la déclinaison de ce projet en un produit éditorial multiple : écrit, télévisuel, radio, web. Le cursus vise à connaître et appréhender de manière approfondie le métier et les conditions de travail du journaliste. 28 élèves sont acceptés chaque année, sur les 900 candidatures envoyées.

L’École de Journalisme de Sciences Po (Paris)

L’École de Journalisme de Sciences Po est reconnue depuis 2009. Les frais de scolarité sont variables en fonction du niveau de revenus et de la taille du foyer des étudiants. L’école propose un master en journalisme qui repose sur l’approfondissement de savoirs académiques en sciences sociales et l’apprentissage pratique du métier de journaliste. 50 élèves sont acceptés chaque année, sur environ 500 candidats. Il est aussi possible d’effectuer un double diplôme en journalisme Science Po/Colombia University. Néanmoins, il n’est pas reconnu par la profession ! Les étudiants suivent un cursus de deux ans, à raison d’un an dans chaque école de journalisme. Les étudiants vont pouvoir acquérir les méthodes et standards des médias français, européens et anglo-saxons, une meilleure maîtrise des techniques, une formation entièrement bilingue et une ouverture internationale sans précédent. Seulement 5 élèves de chaque école sont sélectionnés chaque année pour ce double diplôme.

Les 3 écoles de Journalisme privées reconnues

On dénombre trois écoles de journalisme privées reconnues par la profession. Elles dispensent toutes des masters en deux ans, sauf l’école de Toulouse qui propose une formation en trois ans. Les frais de scolarité sont élevés : entre 1500 pour les boursiers à 7000 € par an.

L’admission au sein de ces écoles se fait uniquement sur concours, après validation d’un Bac+3.

CFJ — Centre de Formation des Journalistes

L’école, qui se situe à Paris, est reconnue par la profession depuis 1962. Cette école, vrai tremplin dans la profession, a été le lieu de formation d’un bon nombre de grands journalistes. Le CFJ propose une première année généraliste (bases radio, presse, TV), et une des spécialisations en deuxième année : nouvelles écritures visuelles et multimédia, newsroom et écritures enrichies, TV ou radio. La sélection est ardue : 40 places pour 800 postulants. Attention, cette formation est réservée aux étudiants de moins de 26 ans.

EJT — École de Journalise de Toulouse

Elle est reconnue depuis 2001. L’École de Journaliste de Toulouse forme de jeunes diplômés au métier de journaliste dans la presse quotidienne régionale et nationale, dans les périodiques et les médias audiovisuels. Cependant, elle a la caractéristique d’offrir une année supplémentaire dans sa formation initiale. Durant cette année supplémentaire, les étudiants pourront réaliser un reportage à l’étranger ainsi que participer à de nombreux stages. Comme les autres écoles, le EJT privilégie un apprentissage général en première année et des spécialisations par média en 2ème et 3ème année. 30 élèves sont admis chaque année, sur un peu plus de 380 postulants.

ESJ — École Supérieure de Journalisme

L’École Supérieure de Journalisme se trouve à Lille. Reconnue en 1956, elle propose l’un des masters en journalisme les plus réputés. L’ESJ propose une formation initiale de journalisme en presse écrite, en audiovisuel et en web. L’école propose aussi deux filières spécialisées : la filière presse hebdomadaire régionale et la filière journaliste scientifique. Elle possède aussi un cursus de journaliste sportif, mais qui n’est pas reconnu par la profession. 80 élèves dont 10 internationaux sont acceptés chaque année, sur un total de 800 postulants.

Les écoles non reconnues par la profession

De plus en plus de formations privées en journalisme proposent des cursus diplômants qui ne sont pas forcément reconnus par la Commission des Journalistes. Le recrutement y est parfois un peu moins compliqué que pour les écoles reconnues, souvent plus prisées par les étudiants. Ces formations forment néanmoins au journalisme et proposent souvent des spécialisations en presse écrite, en web, en JRI (Journaliste Reporter d’Images), radio, journalisme sportif… Parmi ces écoles non reconnues par la profession, on retrouve l’ISCPA, l’EDJ, l’IEJ, l’HEJ, l’IICP, mais aussi les Instituts d’Études Politiques.

Trouvez votre école de journalisme

Découvrez la liste des écoles de journalisme

L’admission en école de journalisme

La sélection est souvent très relevée. Les écoles privées ou publiques recrutent sur concours, à Bac+2 ou Bac+3. Les IUT sont néanmoins ouverts aux bacheliers, mais la sélection est très rude, car il y a énormément de demandes. Les candidats sont d’ailleurs souvent déjà diplômés d’un Bac+4 ou Bac+5 lorsqu’ils se présentent aux concours d’entrée aux écoles de journalisme. Les concours sont souvent composés de plusieurs épreuves parmi lesquelles on retrouve :

  • des analyses de dépêches
  • des tests de connaissances de l’actualité
  • des épreuves de culture générale
  • de la synthèse de document
  • de la rédaction d’articles ou de reportages
  • des épreuves de langues étrangères
  • un entretien de motivation

Trouvez votre école de journalisme

Découvrez la liste des écoles de journalisme

La rédaction

Partager